Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 08:01

(CRP/Syfia) Ne bénéficiant d'aucune assistance, les femmes handicapées de Mossendjo (département du Niari), mènent toutes sortes d’activités. Certaines gagnent mieux leur vie que des valides, mais leur quotidien reste difficile.

Mossendjo : 18 000 âmes environ et aucune femme handicapée dans la rue pour demander de l'argent aux passants. Dans cette ville du Niari située à environ 400 kilomètres au nord-ouest de Brazzaville, toutes sont occupées à travailler.

Parmi elles, Carole Mitsingou. La trentenaire révolue, célibataire et mère de quatre enfants, Carole tient un étal de divers produits (huile de cuisine, oignons, tomates en boîtes, légumes de toutes sortes) au marché central. Elle a commencé cette activité en 2008 : "Un oncle m’a remis 2 000 Fcfa (3 €). Cela a été pour moi une prise de conscience. Baisser les bras et demander de quoi manger ou acheter du savon est devenu synonyme de démission inadmissible. J’ai fait fructifier ce capital en achetant des légumes. Aujourd’hui, il avoisine 100 000 Fcfa (plus de 150 €). Je subviens à mes besoins et à ceux de mes enfants. J'épargne au moins 1 000 Fcfa (1,50 €) par jour. Je vis dignement. Parfois même mieux que certaines femmes valides !" Une réussite d'autant plus spectaculaire que Carole, qui avait arrêté les études en classe de 6e faute de moyens financiers, n’avait pas appris de métier.

Egalement handicapée, Prisca Mouviha, la quarantaine et mère de quatre enfants, est mariée à Dasky Paha-Ndzondo, un modeste commerçant, président local de l’Union nationale des handicapés du Congo (Unhaco). Elle exploite des champs pour compléter les revenus du ménage : "Je peux bien rester à la maison attendre que mon époux me donne de l'argent à chaque instant. Mais, son petit kiosque ne saurait combler tous nos besoins. Je dois donc m’investir pour épargner ou par exemple acheter du manioc." Prisca prend aussi soin de sa belle-mère octogénaire, Rose Moukanda. "Je ne vais plus au champ. Si je passe bien mes moments d’inactivité, c’est grâce à ma belle-fille, qui fait tout pour moi", témoigne Rose.

"Elles se débattent seules"

A Mossendjo, tous ces efforts impressionnent le reste de la population. "Contrairement aux handicapées d’autres localités, les nôtres travaillent, même celles qui font partie de familles ayant de bonnes situations sociales. Elles sont dans les champs, au marché et dans des ateliers de couture. Elles sont vraiment indépendantes !", fait remarquer Tatiana Moukouya, une journaliste de Radio Louessé, une station qui ne fonctionne plus depuis 2012, en raison d'une panne de son émetteur. Dasky Paha-Ndzondo constate lui aussi : "Ici, à Mossendjo, les femmes handicapées se débattent seules. Aucune d’entre elles n’est dépendante ou vulnérable."

Mais, le quotidien n'est pas toujours rose pour la cinquantaine de membres de l’Unhaco de Mossendjo. "Quand mon tricycle tombe en panne, comme il n’y a pas de pièces ici, je suis obligée de garnir les jantes des roues de morceaux de pagnes ou de caoutchouc... J’emprunte aussi des taxis-motos pour me rendre au marché", déplore Milénie Malomi, une couturière. Une source des Affaires sociales affirme, sous le sceau de l’anonymat, que leur direction départementale est "limitée en moyens. Dieu merci, ces femmes se débrouillent seules !"

Toutefois, le dicton "Aide-toi le Ciel t'aidera" n'a pas que des avantages... Le président local de l’Unhaco, déplore ainsi une sorte d’individualisme au sein de son association : "C'est difficile de monter des projets collectifs, car tout le monde veut travailler et gagner seul... Nous nous limitons donc aux cotisations exceptionnelles (décès, maladie, fête, Ndlr)." Dasky Paha-Ndzondo lance donc un cri du cœur : "L'État, les ONG et autres bailleurs de fonds devraient voler au secours des handicapés de Mossendjo et leur accorder des subventions pour faire fructifier leurs activités."

John Ndinga-Ngoma

Avril 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com