Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 07:57

(CRP/Syfia) A Pointe-Noire, Philomène Ngollo-Appa, malentendante, aide des sourdes-muettes à créer et gérer de petits commerces. Certaines d’entre elles découvrent ainsi une nouvelle autonomie.

"Si vous voulez être indépendantes, travaillez et cherchez à oublier votre surdité", conseille, gestes à l'appui, Philomène Ngollo-Appa, à une trentaine de sourdes-muettes ou simples malentendantes comme elle. Toutes sont membres de son association : Femmes sourdes muettes du Congo. Ce genre d'échanges se déroule tous les jours à Pointe-Noire, de 16 à 20 heures.

Agent au ministère des Affaires sociales, Philomène est une mère célibataire dans la cinquantaine. Avec les membres de son association, la présidente évoque surtout "les méthodes pour créer une affaire, par exemple un petit commerce." Grâce à ces conseils, certaines sont devenues autonomes. "Si je vends des divers (oignon, ail, pâte d’arachide, piment, ciboules, etc. Ndlr), c’est parce que maman Philomène m'a parlé. Depuis, j’assure moi-même mes besoins et m’occupe de mes enfants", explique, en langue des signes, Chantale, vendeuse au marché central de Pointe-Noire. Agathe Bisseyou, une autre sourde-muette, a quant à elle opté pour la coiffure : "Tous les jours, je reçois des femmes qui viennent se faire tresser."

Le combat de Philomène suscite l'admiration. "Elle se bat beaucoup pour les sourdes. Elle est toujours prête à les aider", observe Eloi Mikenzo, professeur certifié à l’Institut des déficients auditifs de Pointe-Noire, qui affirme avoir travaillé avec Philomène pendant plusieurs années. Perfina Ndoudi, fille aînée de Philomène, est elle très fière de sa mère : "Maman nous dit souvent de suivre son exemple et de beaucoup travailler. Pour nous, c’est une bonne maman. Que Dieu lui prête vie pour nous aider et aider les femmes sourdes qui viennent tous les jours à la maison."

"Rivaliser avec les femmes valides"

Philomène se souvient : "C'est depuis 1999, après avoir obtenu mon Brevet d’études moyennes générales (BEMG), que j’ai évolué comme volontaire à l’Institut des déficients auditifs de Pointe-Noire, avant d’intégrer la fonction publique en 2005." En 2000, elle avait déjà crée son association pour être plus près de cette couche de la population. Son objectif est depuis resté le même : "Aider les malentendantes à créer des activités lucratives pour subvenir à leurs besoins et rivaliser avec les femmes valides."

Une lutte d'autant plus remarquable que Philomène est relativement seule, malgré les déclarations de bonnes intentions officielles. "Ce travail de cœur et d’amour alors qu’elle n’est pas femme d’affaires mérite d’être encouragé", apprécie Eusèbe Nzalamou, directeur de la Promotion de la femme au Kouilou. De son coté, Marie- Jeanne Steimbaulth, directrice départementale de l’Intégration de la femme, pense que l’action de Philomène devrait s’étendre à d’autres localités du pays : "Qu’elle aille de l’avant vers d'autres sourdes-muettes. Nous sommes là pour la soutenir si besoin est."

Philomène espère même élargir davantage son champ d'action. Membre du secrétariat de la fédération des sourds au niveau de l'Afrique centrale depuis trois ans, elle rêve de poursuivre son engagement et de défendre les siens à une plus vaste échelle. "Mon combat est de devenir membre officiel de la Fédération mondiale des sourds. Pour moi c’est très important", lâche-t-elle. Pour y arriver, elle doit participer à la conférence internationale de cette institution en juillet prochain en Turquie.

Guillène Bibaya

Avril 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com