Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 16:01

(CRP/Syfia) A Pointe-Noire, depuis une décennie, Françoise Mbouyou héberge et scolarise des enfants en difficulté. Une mission assumée grâce à son orphelinat 'Amour de Dieu'.

"Plusieurs anciens de l’orphelinat, comme moi, sommes maintenant indépendants. Certains travaillent. D'autres ont voyagé ou se sont installés dans leurs ateliers après leur formation", fait savoir Vivien, 23 ans, au volant de son taxi.

Vivien est un ancien pensionnaire de l’orphelinat Amour de Dieu. Une structure située à Ngoyo dans le 6e arrondissement de Pointe-Noire et mise sur pieds en 2002 par Françoise Mbouyou. A ce jour, une centaine d’enfants sont passés par là. Quinze y sont encore présents. "Je suis arrivé à Amour de Dieu à l’âge de 5 ans. J'en ai aujourd'hui 21. Je suis élève en classe de première", explique Eurale. Dans la cour, une fillette de 3 ans s’amuse. Elle a été retrouvée seule dans l’enceinte de l’orphelinat. Elle avait 3 mois à l’époque et a sans doute été abandonnée là par ses géniteurs.

Françoise Mbouyou, la quarantaine, célibataire et mère d’un enfant, a décidé d'héberger ces petits en difficulté pour "répondre à l’appel de Dieu. Il s’est adressé à moi par révélation et m’a demandé de prendre en charge des orphelins et des enfants abandonnés." Françoise s'est lancée sans moyens financiers, mais avec une forte détermination. Au bout de quelques mois, elle est parvenue à construire une case en planches avec ses fonds propres. Ses premiers pensionnaires ont été des enfants de sa famille éloignée. "Une des raisons de mon engagement est aussi le fait de n’avoir pas vécu une enfance heureuse. J’ai été élevée (avec bien d'autres enfants, Ndlr) par ma tante, une veuve", se souvient-elle.

"Je lui dois ma vie !"

Françoise Mbouyou est aussi guidée par l’envie d’offrir à ces enfants une autre vie. Elle a ainsi investi les commissions des ventes des parcelles qu’elle construit à Ngoyo (elle mettait auparavant en relations propriétaires terriens et clients), pour faire sortir de terre le premier site en matériaux durables : un orphelinat et une école. "Tous les enfants du centre vont à l’école", se félicite-t-elle.

En 2013, l’orphelinat a donc été transféré à Côte Matève toujours dans le 6ème arrondissement, sur un site plus calme, qui comprend sept dortoirs et une école primaire. Si les Affaires sociales y envoient des enfants abandonnés, l’aide des pouvoirs publics se fait par contre toujours attendre... "Nous ne vivons que grâce à l’aide de certains donateurs. Nous n'avons pas encore reçu de subventions d’envergure, pas même de l’Etat", regrette Françoise Mbouyou.

Selon elle, à l’époque où l’orphelinat était situé à Ngoyo, l’école recevait aussi des élèves venant des familles environnantes qui payaient les frais d’écolage. Depuis le déménagement, "du fait de l’éloignement, nous avons perdu ces élèves, donc des recettes..." De précieux revenus qui alimentaient le fonctionnement de l’orphelinat : scolarité des élèves du secondaire, ration alimentaire, eau, carburant pour l’éclairage, etc.

Pas de quoi, toutefois, ébranler la détermination de Françoise qui se dit prête à poursuivre son œuvre "aussi longtemps que j’aurai la force." Une volonté qui renforce l'attachement des anciens pensionnaires, comme Vivien : "Si je suis devenu chauffeur, c’est grâce à maman Françoise. Je lui dois ma vie !"

Serge Patrick Mankou

Mai-Juin 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com