Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 10:52

(CRP/Syfia) Jussie Nsana Banimba est l’une des rares, voire l’unique Congolaise dessinatrice de BD. Elle partage sa passion avec les jeunes et utilise son talent pour dénoncer notamment le sort réservé aux femmes.

« La mourincia » (escroquer un homme, Ndlr), « Les exilés de la lune » ou encore « Les femmes de la BD Amazone de Kinshasa ». Voilà quelques unes des bandes dessinées de Jussie Nsana Banimba. Célibataire sans enfant dans la trentaine, Jussie est professeur d’arts plastiques des collèges. Elle est surtout l’une des rares, sinon la seule bédéiste congolaise.

Son amour pour la BD remonte à l’enfance. Elle avait alors à peine 7 ou 8 ans. « Dans les années 1990, j’étais au cours préparatoire 2ème année. Ma mère m’offrait des bandes dessinées comme ‘Les crocodiles de Louosi’. Cela a été le point de départ de mon intérêt pour la lecture et le dessin », se souvient-elle.

Une passion renforcée grâce aux dessins animés diffusés par la télévision congolaise tels que « Tom Sawyer, un personnage que je dessinais sur mon ardoise d’écolière ». A la bibliothèque du centre culturel Sony Labou Tansi dans son quartier de Bacongo à Brazzaville, Jussie découvre des classiques de la BD francophone comme « Astérix et Obélix » ou encore « Le journal de Mickey ». Elle devient alors également une fervente lectrice des journaux-BD « Kouakou » et « Ngouvou » (« Hippopotame », Ndlr).

A ce jour, on ne rencontre presque plus de journaux de ce style sur le marché, mais cela n’empêche pas Jussie Nsana Banimba de poursuivre son rêve. Elle a débuté sa carrière professionnelle en 2005. Six ans plus tard, elle participe au Festival Mboa BD au Cameroun. Avant cela, elle avait déjà participé au Festival panafricain des arts d’Alger. Une aventure que ce premier voyage professionnel : « En 2009, le jour où je prenais l’avion pour Alger, je me demandais si c’était bien moi qui étais à bord… Même quand je suis arrivée sur place, le doute persistait dans mon esprit !», se souvient-elle amusée.

Partager sa passion

Actuellement, Jussie peint souvent des scènes de la vie courante. Elle expose ses planches de BD à l’Institut français et à Basango jazz à Pointe-Noire. Son travail lui vaut la reconnaissance de sa corporation. « C’est une femme active. Nous avons travaillé en 2012 sur un projet de BD intitulé ‘Chroniques de Brazzaville’, publié chez l’Harmattan BD. J’aime bien ses dessins semi-humoristiques », explique Koutawa Hamed Preslay dit « KHP », un bédéiste de Pointe-Noire.

Jussie Nsana Banimba est déterminée à partager sa passion avec les jeunes dans le cadre d’« Anime tes vacances ». Chaque année au mois d’août, elle organise ce festival de dessins et de peintures rassemblant une trentaine d’enfants et d’adolescents âgés de 4 à 18 ans. Leurs travaux sont d’ailleurs exposés à la fin de chaque édition. Jussie espère ainsi « susciter le talent, surtout des jeunes filles, car aucune femme bédéiste n’est encore visible… ».

L’artiste pointe du doigt le manque de patience et de volonté de certaines filles, mais aussi l’absence de formations adaptées : « Aucune école ne forme pour le moment à la BD, pas même celle de peinture de Poto-Poto, ni celle des Beaux arts. » Alphonse Kala, directeur départemental du Livre et de la lecture publique à Pointe-Noire, insiste lui aussi sur les formations à développer : « Nous devrons encourager celles qui essaieront d’apprendre ce métier. ».

Des débouchés semblent en effet exister. « Nous avons par exemple sur le marché Les chroniques de Brazzaville, vendues à 10 000 Fcfa (15 €), rappelle Jussie, avant d’ajouter, Si on avait du soutien, on ferait des fanzines, c'est-à-dire des BD à petit budget vendues à bas prix pour donner le gout de la lecture aux enfants. Malheureusement, au Congo, les bédéistes semblent ne pas intéresser le ministère de la Culture », avance-t-elle avec regret.

Jussie Nsana Banimba reste malgré tout déterminée à faire découvrir son métier à davantage de ses contemporaines : « Une femme, quand elle a le talent, elle doit l’exprimer. Un métier n’a pas de sexe prédéterminé ! » Artiste engagée, Jussie prépare ainsi une bande dessinée dénommé « Rien » : « une caricature du quotidien de la femme au foyer avec tout ce qu’elle endure comme violences et comme difficultés. »

Serge Patrick Mankou

Septembre 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com