Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 13:29

(CRP/Syfia) Deux jours et deux nuits par semaine, une antenne mobile dite "Bana Congo" ("Les enfants du Congo") parcourt Brazzaville et Pointe-Noire, à la recherche d'enfants en rupture familiale. A bord, des éducatrices écoutent, soignent et orientent.

"Chaque soir, nous sillonnons les ruelles de Brazzaville à la rencontre des enfants de la rue. Nous nous occupons d’eux pour les protéger et les réinsérer en famille", explique Sylviane Biawila, rencontrée en pleine discussion avec ces enfants, une nuit d'octobre à Bacongo, dans le 2e arrondissement de Brazzaville.

Sylviane est éducatrice pour Triangle Génération Humanitaire, une organisation française de solidarité internationale, installée au Congo depuis 2011. Dans le cadre du projet "Protection de l’enfant vulnérable congolais" financé par l’Union européenne et le ministère français des Affaires étrangères, depuis près de 2 ans, avec quelques autres femmes, Sylviane circule deux jours et deux nuits par semaine dans les rues de Brazzaville et de Pointe-Noire. Avec leur véhicule "Bana Congo" ("Les enfants du Congo"), elles apportent une assistance médicale et psychologique. "Ce n'est pas bien pour ces enfants de vivre dans la rue. Si l'un deux nous donne son OK, nous l'aidons à retrouver ses parents. Nous assurons ensuite la médiation entre eux. Si cela ne marche pas, nous le plaçons dans une famille d’accueil ou dans un centre d’hébergement", résume Sylviane.

Une action à laquelle certains adhèrent facilement. "Les conseils et les soins de cette équipe mobile me redonnent le goût de vivre. Je pense à nouveau un jour quitter définitivement la rue et vivre dignement", confie M.B., 16 ans, désireuse de "suivre une formation en mécanique auto pour acquérir mon indépendance financière." J.M. en est de son côté persuadé, son salut dépendra de l’orientation que lui donnera Triangle : "Je suis orphelin de mère. J'ai été ensuite négligé par mon papa et chassé de la maison par ma mémé. Depuis, je vivote en ramassant des aliments jetés ça et là. Une vie difficile que je souhaite quitter."

Dispositif à officialiser

Une centaine de ces enfants auraient retrouvé l’espoir grâce à l'antenne mobile. Corine Chadefaux, chef de projet de Triangle, détaille les premiers résultats : "Nous avons mis en place des familles d’accueil à Brazzaville et à Pointe-Noire. Nous espérons que notre programme deviendra un dispositif officiel et légal (reconnu par le ministère des Affaires sociales, Ndlr), afin d'aider ensemble ces enfants à remonter leur niveau et reprendre leur scolarité."

Pour Hervé Paloulou, responsable des ressources humaines au sein du Réseau des intervenants sur le phénomène des enfants en rupture (REIPER), une structure partenaire de Triangle, "un travail de fond est entrain de se faire pour réinsérer ces enfants. Ils représentent un public assez complexe. C'est une bonne chose que les équipes aillent directement en milieu ouvert, dans les rues, pour les rencontrer."

A ce jour, une vingtaine d’enfants sont désormais encadrés dans des foyers d’hébergement, en attendant une éventuelle réinsertion en familles d’accueil. Triangle, grâce à son antenne mobile, continue d'en suivre environ 80 autres dans la rue, guettant leur feu vert pour construire leur réinsertion, avec eux et les familles d'accueil.

Gilles Groizeleau, membre du pôle technique de Triangle à Lyon (France) de passage dernièrement à Brazzaville, résume : "Le but de cette action est de permettre aux acteurs sociaux membres du REIPER de construire un projet de vie avec ces enfants. Ils s'appuient sur leurs souhaits de rejoindre un centre ou leur famille, ou de suivre une formation professionnelle."

Jean Thibaut Ngoyi

Octobre 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com