Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 19:10

(CRP/Syfia) Entretiens psychologiques, groupes de parole, ateliers d'expression écrite... A travers son association, Emeraude Bonheur* redonne espoir à d'autres séropositives. Elle qui a failli se suicider quand elle a appris sa maladie est à présent force de vie.

"Après la confirmation de mon statut sérologique, j'ai failli me suicider. Je me suis dit pourquoi moi ? Pourquoi à cet âge ? Mon frère m'a aidée à surmonter ma peine. Il m'a dit : 'Si tu te suicides, que deviendra maman ? Nous sommes deux à la soutenir'", se souvient, mélancolique, Emeraude Bonheur*. A l'époque, elle a aussi été encouragée par l'assistance sociale d'un Centre de traitement ambulatoire (CTA) qui l'a assurée qu'elle pourrait reconstruire sa vie si elle suivait correctement son traitement,

Aujourd'hui dans la quarantaine, Emeraude est grande, belle et soigneusement maquillée. Plus que jamais déterminée à combattre la fatalité, convaincue de devoir faire face à ce mal transmis par son ancien petit ami. Séropositive depuis dix ans déjà, elle apporte son soutien moral à d'autres malades du VIH. Elle a commencé par intégrer un groupe de paroles en 2007 à Batignolles (Brazzaville) : "Lorsque j'ai témoigné pour la 1ère fois de ma séropositivité, beaucoup de mamans m'ont proposé de créer une association, de m'associer à elles. Je me suis dis : 'pourquoi ne serais-je pas aussi leader ?'"

"Aider les malades abandonnés"

Après une formation en 2007, Emeraude est nommée la même année parmi les responsables de l'A2V (Association Aide de Vie) pour transmettre à la soixantaine de membres de cette OSC, toutes séropositives, ses connaissances : "Je fais des entretiens psychologiques. Pour celles qui sont stressées, j'anime des ateliers d’expression écrite. Pendant nos multiples échanges, comme les groupes de parole, je les exhorte à manger naturel, éviter les produits chimiques, s'accepter et surtout respecter leur traitement. Je leur dit que nous pouvons vivre longtemps en prenant correctement nos médicaments, avoir même des enfants à condition de consulter le médecin avant la conception. Bref, le sida n'est pas une fatalité !"

Une force de vie semble-t-il... 'contagieuse' ! "J'ai pleuré pendant une année. Etre contaminée à l'issue d'un viol, c'est difficile à oublier, mais les conseils d'Emeraude ont essuyé mes larmes", note Mme X. A ce jour, Emeraude dit n'avoir qu’un seul rêve : "encourager les autres à vivre." Toutefois, aider les autres, l'a aussi aidée à se reconstruire elle-même. "J'ai vécu pendant sept ans avec un homme séronégatif que j'ai préservé. J'ai été sincère avec lui en lui avouant ma séropositivité. Nous avons eu un enfant, séronégatif comme lui. Il a deux ans aujourd'hui."

Deuxième d’une famille de trois enfants, la belle Emeraude a deux autres filles âgées de 15 et 18 ans, conçues lors de son premier mariage (avant la maladie). En dépit de son état, elle tient un petit bistro, ce qui lui permet de joindre les deux bouts du mois. Détentrice d’un baccalauréat, elle souhaite reprendre ses études et devenir assistante sociale : "Je veux aider les malades abandonnées et sans soutien. J'ai sollicité de l'aide auprès de différentes structures qui m'ont formée. Mais, pour l'instant, leurs réponses se résument aux promesses."

Si les promesses se concrétisent enfin, Emeraude Bonheur pourrait réaliser son rêve : équiper son association de machines à coudre et permettre aux femmes analphabètes et aux jeunes filles de se prendre en charge.

* Nom d'emprunt

Flore Michèle Makoumbou

Décembre 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com