Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

29 janvier 2016 5 29 /01 /janvier /2016 13:05

(CRP/Syfia) Malgré le manque d’enseignants, de salles de classe et de matériel, Odette Ndzomala, enseignante bénévole, forme les élèves de Kitengué (environ 10 km de Brazzaville sur le fleuve Congo).

« Peu de gens s’expriment en français chez nous, pas même les filles mères qui ont le niveau de 3ème. Je veux encadrer ces enfants pour qu’un jour on parle de nous ! », ambitionne Odette Ndzomala, 37 ans, native de Kitengué, dans le district de l’Île Mbamou, à environ 10 km de Brazzaville sur le fleuve Congo. Cette institutrice bénévole enseigne ici depuis 2014, l’année de sa sortie de l’Ecole normale des instituteurs (ENI) d’Owando, au nord du Congo.

Pour cette célibataire, mère de quatre enfants, « il faut sauver la scolarisation et l’avenir des enfants de notre localité d’environ 800 âmes ». Pour y parvenir, elle partage les six classes de l’unique école du village avec deux autres enseignants : « Dans cette école, nous sommes deux bénévoles et une titulaire qui est la directrice de l’école. Nous avons six classes, pour un effectif total d’environ 300 apprenants... »

Odette s’occupe des classes de CP1 et CP2 : « Avant je mélangeais les deux niveaux. C’était difficile. J’étais même tombée malade. Quand je me suis rétablie, j’ai décidé de les diviser en deux groupes. Je prends les CP1 le matin et les CP2 l’après-midi. Mais, c’est toujours difficile d’enseigner à 56 élèves le matin et 51 le soir ! » Odette a appris à s’adapter : « J’ai commencé à enseigner en français. Les enfants ne comprenaient rien. J’ai donc utilisé le lingala et le téké pour être comprise. »

« Un pas vers la réussite »

Malgré d’autres difficultés d’ordre matériel (manque de règles, de craies, de livres de calcul ou de lecture), l’implication d’Odette et de ses collègues commence à porter ses fruits. « Cette année, nos enfants ont fait de bons résultats. Il y a eu beaucoup d’admis au CP2, CE1 et en classe d’examen », apprécie Philippe Owemeyi, vice-président du village Kitengué.

Firmine, habitante du quartier 2 de Kitengué, est elle aussi ravie : « Depuis l’arrivée de la maîtresse Odette dans notre village, mes enfants ont beaucoup changé. Avant, quand ils se réveillaient, ils étaient incapables de dire bonjour à quelqu’un. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. » Comme Firmine, Sylvie, une autre parente d’élèves, reconnaît, toujours à propos d’Odette : « Je l’apprécie beaucoup. Avant son arrivée, mes enfants étaient incapables de s’exprimer en français et ne savaient pas écrire. A présent, ils prennent leurs cahiers pour étudier. Ils ont fait un pas vers la réussite. »

Désormais, Odette n’a qu’un seul souhait : « que l’Etat Congolais nous aide cette année en nous envoyant des enseignants fonctionnaires, des livres et des règles, afin de donner une bonne éducation aux enfants. »

Jean Thibaut Ngoyi

Janvier 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com