Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 10:49

(CRP/Syfia) A Brazzaville, une association de femmes vend le lituka ya peto, un foyer amélioré, avantageux à plusieurs niveaux.

"La problématique du changement climatique est devenue mondiale. Il s’agit donc, pour chaque pays, de réfléchir à comment l'atténuer. A notre niveau, nous avons introduit le foyer amélioré au Congo", se félicite Joséphine Irma Pella, secrétaire générale de l’association Femme Energie, ingénieur électricienne à la Société nationale d'électricité (SNE).

De forme cylindrique, ce foyer amélioré ("lituka ya peto", en lingala) se compose d’une partie métallique recouvrant celle à base d'argile. Cette dernière conserve la chaleur quand les charbons de bois s'épuisent. Selon Joséphine Irma, "on peut ainsi préparer quatre à cinq plats avec uniquement 300 Fcfa (0,45 €) de charbon. Avec le foyer traditionnel, il en fallait 500 à 800 Fcfa (0,75 à 1,20 €). Ce lituka ya peto peut garder la chaleur 2h après l’épuisement du charbon. Il ne disperse pas la cendre et ne dégage pas de fumée, donc pas d'émissions de gaz à effet de serre."

Autre avantage, selon Aimé Jeanine Bassoumba, vice-présidente de Femme Energie, sa solidité : "J'utilise ce foyer depuis deux ans, et il est intact. Par contre, le foyer traditionnel (fabriqué à partir de morceaux de fûts et de tôles de voitures, Ndlr) s'use au bout de trois mois." Aimé Jeanine décrit lituka ya peto comme un outil très simple d'utilisation : "Pas besoin d'attiser le feu. Il s'allume sans interruption. Lorsque le charbon s'épuise, la partie céramique, très chauffée, porte l'eau à ébullition. S'il y a trop de chaleur, vous bloquez le petit portillon sous le foyer. Un espace est prévu pour recueillir la cendre. Il ne salit pas les marmites, la femme est à l'aise."

Rapidement rentable

Le foyer amélioré peut sembler cher à l'achat : 15 000 Fcfa (près de 23 €), quatre à sept fois plus cher que le foyer traditionnel, vendu 2 000 à 4 000 Fcfa (3 à 6 €) mais de plus en plus de femmes l'adoptent, conscientes de rentabiliser en quelques semaines seulement leur investissement. "Avec un sac de charbon de 6 500 Fcfa (près de 10 €), j'en ai eu pendant deux mois. Avec l’ancien foyer, le sac ne faisait qu'un mois. Les femmes devraient épargner pour acheter lituka ya peto", témoigne Blanche Octavie Mibouabané, stagiaire électricienne à la SNE et utilisatrice convaincue. Marianne Tchibouka, revendeuse agréée à la SNE observe : "La demande est forte en ce moment. J'ai une commande de 20 foyers. Mon stock est épuisé !"

Fabriqué sous l’impulsion du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), qui finance le projet de Femme Energie à hauteur de 250 000 à 300 000 $ chaque année, ce foyer amélioré ambitionne plus largement de lutter contre les changements climatiques. "Nous devons fabriquer 5 000 foyers par an, utilisés par 5 000 femmes pour lutter contre les gaz à effet de serre", estimait, en 2012, une étude du Pnud. Difficile, pour l'heure, de donner le nombre de foyers améliorés vendus depuis 2009, après les échecs de conception des débuts, avant la mise sur le marché sous sa forme actuelle.

Mais, pour Lumière Jean Felix Issangue, une solution adaptée est en marche : "Les femmes se donnent trop de peine à chercher du bois, souvent source de pollution, avec beaucoup de dégagement de fumée, à l'origine de pathologies pulmonaires. Le conseiller principal au programme, responsable de l'unité pauvreté et environnement au Pnud, ajoute, coté économique, le charbon coûte cher ; côté environnemental, avec le foyer amélioré, la pression sur la forêt baisse progressivement."

A terme, les membres de Femme Energie devraient en principe continuer la production seules, sur fonds propres. Pour réduire le prix d'achat et permettre à plus de consommatrices d’acquérir ce foyer, vendu par les membres de l'association à Brazzaville (marchés Moukondo, Mikalou, Massengo et dans l'enceinte de la SNE où travaillent des membres de Femme Energie), la secrétaire générale de cette OSC demande au gouvernement d'apporter des subventions.

Flore Michèle Makoumbou

Janvier 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Mbongo Jeancy Vanel 21/05/2016 14:27

Bjr l ensemble d l équipe du CRP brazzaville! j ai le plaisir d être avec vous aujourd hui samedi 21 mai 2016. c est grâce à l activité qui a eu lieu hier à l I.F.C que j ai eu vos coordonnées. En effet, mon souci est de savoir le processus qu il faut suivre pour entrer au CRP. S agit il d une inscription? combien? quelles pièces à fournir(dossier)? combien les frais mensuels? et la duree de la formation?Puisque je veux une formation en journalisme.

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com