Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 18:08

(CRP/Syfia) Pas de supériorité liée au sexe. A Doumanga (70 km de Pointe-Noire), les familles s’entendent sur un règlement intérieur respectueux des droits de chacun. Une tolérance qui s’étend à tout le village. Associations, autorités locales et habitants, ont dernièrement discuté de cette égalité réussie.

« Chez nous, à Doumanga, les époux font tout ensemble. Je n’ai jamais entendu parler de violences. Alors, je me dis qu’il y a l’amour parfait au sein des couples ! », a lancé Massengo Diamassoundi, enseignante à l’école primaire de Doumanga.

C’était lors du débat communautaire organisé en décembre dernier dans ce village du district de Mvouti, situé à 70 km de Pointe-Noire. Le thème des échanges était « L’égalité hommes-femmes : mode d’emploi ». Le débat était animé en kituba par John Ndinga Ngoma, Haircy Mbimi et Serge Patrick Mankou, trois journalistes du projet « Journalistes, associations et autorités locales contribuent à un meilleur respect des droits des femmes rurales pour lutter contre la pauvreté», coordonné par Gaston Elbi Enkari. Un projet piloté par le Centre de ressources pour la presse (CRP), en partenariat avec Syfia international et avec l’appui financier de l’Union européenne.

Au cours de ce débat, une vingtaine de femmes et quelques hommes, sous le hangar du chef de village, ont échangé sur comment, dans cette localité d’environ 1 000 âmes, hommes et femmes s’emploient-ils à faire de l’égalité entre les deux sexes une réalité ? A cette question, les langues se sont rapidement déliées.

Pour certaines femmes l’égalité n’est plus une illusion. « Vous les hommes, vous nous avez tellement trompées, que nous avons fini par en prendre conscience. Une personne accepte d’être flouée une fois, mais pas tout le temps ! », a souligné avec humour, l’énergique septuagénaire, Delphine Mboumba, dite « La Sage ». Selon elle, cette prise de conscience des femmes sur l’égalité permet aujourd’hui une parfaite harmonie dans les ménages.

Egalité, travail et veuvage

Fulbert Cerus Ngoulou, un autre habitant de Doumanga, a précisé : « Dans chaque famille, il y a une sorte de règlement intérieur. Les deux époux sont tenus de le respecter. A ce moment-là, il y a l’entente. Par exemple, le mari ne peut pas aller boire sans l’autorisation de son épouse et vice-versa. » Une tolérance qui n’est pas réservé aux couples, toujours d’après Fulbert : « Dans notre village, les femmes célibataires sont aussi respectées. Demain, tu peux courtiser l’une d’entre elles et vivre avec elle. » Mireille Ngoro, une autre participante, a confirmé, tout en nuançant : « Les célibataires sont respectées, mais le respect dû à une personne est fonction de son comportement. Et le comportement est lié à l’éducation. »

Selon les participants au débat, même dans le domaine du travail proposé par des entreprises, aucune discrimination liée au sexe n’est enregistrée. « Lorsqu’il y a des offres d’emploi, nous consultons tout le monde : les sages, les femmes et les jeunes. Si, on a besoin d’un mécanicien et qu’une femme se présente, elle va travailler comme mécanicienne. Mais, comme ce sont des compagnies d’exploitation forestière, les femmes n’osent pas postuler, parce qu’il y a des tâches comme l’abattage des arbres qu’elles ne peuvent pas accomplir », fait savoir John Mambou Kokolo.

Pour ce chef du village de Doumanga, les droits de tous et l’égalité sont ainsi respectés : « Quand un homme meurt, si ses parents sont de bon cœur, ils lui laissent tous les biens. D’autres divisent les biens par deux. Une partie revient à la veuve et les enfants et une autre pour eux. Mais, les pratiques comme un des parents du mari qui hérite de la veuve, ça n’existe pas chez nous, au Kouilou. »

Serge Patrick Mankou

Janvier 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com