Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 14:10

(CRP/Syfia) Petits boulots, logements indécents, vie précaire... A Djambala, chef-lieu du département des Plateaux, les handicapés se battent becs et ongles pour leur survie. Mais, pour le moment, même ceux qui sont diplômés parviennent difficilement à intégrer la fonction publique.

"Nous ne sommes pas utilisés comme il se doit dans la fonction publique. Malgré nos diplômes, nous passons d’un métier à l'autre. Nos lendemains sont incertains", constate, visiblement en colère, Landry Senkion, handicapé physique et père de trois enfants. Détenteur d’un Brevet d’études du premier cycle (BEPC) et ancien employé d'une radio locale, il est aujourd'hui obligé de vendre des sandwichs pour gagner trois sous.

Malgré les promesses gouvernementales de lutter contre le chômage et la pauvreté, comme Landry, à Djambala (chef-lieu du département des Plateaux), les personnes handicapées multiplient les petits métiers, afin de subvenir aux besoins de leurs familles. "Je fabriquais les tuiles pour couvrir les maisons, mais j’ai dû arrêter, car je n’avais pas assez de moyens pour relancer mon activité", informe Ferdinand Ipara, handicapé moteur, marié et père de quatre enfants.

Ces personnes sont réunies au sein de l’Union nationale des handicapés du Congo (Unhaco). Cette section départementale compte 213 membres (en majorité diplômés et pourtant sans emploi fixe). Tous réclament une prise en charge ou un recrutement dans la fonction publique en vertu de la loi n°009/92 portant statut, protection et promotion de la personne handicapée. Ils demandent surtout le respect d'un décret présidentiel accordant un quota de 10 % aux handicapés universitaires diplômés, lors des recrutements organisés chaque année dans la fonction publique au Congo.

"L'Etat doit penser à nous !"

Selon Juvénal Donatien Mfira, président de l’Unhaco antenne de Djambala, malgré ces recommandations, leurs conditions de vie restent les mêmes : "Nous n'avons pas de métier stable et donc pas de salaire fixe. Depuis 2013, nous n’avons pas eu la chance d’être recrutés pour construire certaines infrastructures lors de la municipalisation. Nous sommes restés pauvres. Nous vivons dans des logements indécents." Juvénal Donatien, qui a un niveau scolaire de terminale, est toutefois parmi les plus chanceux, puisque son atelier de couture marche plutôt bien.

Le courage de ces personnes force en tout cas l'admiration des valides, à l'image de Colette Otanko, présidente des Compagnons du devoir et de l’action (Codac) : "Les handicapés sont abandonnés à eux-mêmes. Ils devraient pourtant être autant sollicités que les valides, mais cela ne se fait pas, même quand ils sont diplômés." Ce qui fait dire à Ayoulou-Essous Galem, habitant de Kialé, une localité proche de Djambala, que le chômage constitue pour eux un double handicap, étant donné qu'ils ne peuvent déjà pas effectuer certaines tâches quotidiennes.

Les autorités locales semblent se renvoyer la balle... Faustin Andzouono, chef du quartier Ouenzé de Djambala, tente de se justifier : "S’ils ne viennent pas à nous, comment pouvons-nous connaitre leurs problèmes ?" De son côté, Jean Didier Kimbinda, directeur des Affaires sociales des Plateaux, l'assure : "Le gouvernement se plie en quatre pour apporter son aide sociale aux plus vulnérables de ce département. En 2014, le ministère des Affaires sociales a remis des kits alimentaires (sacs de riz, bidons d’huile, boîtes de tomates) aux handicapés des Plateaux pour débuter un commerce. Deux ans auparavant, ces personnes avaient reçu des machines à coudre, des tricycles et d’autres objets."

Jean Didier Kimbinda conclut : "Les handicapés doivent réfléchir à des projets d'emplois durables." Ferdinand Ipara est bien d’accord, sauf qu'il reste persuadé que le travail stable doit venir des autorités : "Le chef de l’Etat a parlé d'un quota de 10 %, mais aucune personne handicapée n’a été recrutée dans la fonction publique au niveau des Plateaux. L'Etat doit penser à nous ! Nous n’avons aucune allocation sociale..."

Annette Kouamba Matondo

Mars 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com