Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 16:09

(CRP/Syfia) A Dolisie, dans le département du Niari, Annick Félicie Youma multiplie les métiers et les initiatives. Elle donne aux habitantes des conseils aussi riches que variés : santé, éducation, alimentation, agriculture, etc.

« J’ai beaucoup de métiers. Je suis ingénieure agronome et sage-femme, spécialisée en nutrition pédiatrique. J’ai aussi enseigné dans une école paramédicale. Chaque jour, je fais la cuisine, le bricolage… », tente de répertorier Annick Félicie Youma, 57 ans, mère de cinq enfants. Annick est « une femme aux mille métiers » comme aiment les appeler les Congolaises. Mais, elle ne néglige pas pour autant sa famille. A Dolisie (Niari), le mari d’Annick loue ainsi son sens de l’organisation.

Il faut dire que la concernée est active depuis des années. En 1980, elle n’a alors que 21 ans, elle obtient le diplôme d’ingénieure agronome à Institut de développement rural (IDR) de Brazzaville. Le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) l’envoie alors au Togo : « Là-bas, j’ai appris aux paysans des méthodes de transformation : l’amidon à partir du manioc, le gari à partir de tubercules, l’huile d’arachide, des jus de fruits…»

De retour au Congo en 1993, Annick s’installe à son compte dans le département de la Bouenza, au sud-ouest du pays, précisément à Madingou. « J’y ai cultivé l’arachide et le maïs sur 14 hectares pendant quatre ans. En 1997, quand la guerre a éclaté, j’ai presque tout perdu, car c’était l’année de la récolte… », regrette-t-elle. Cependant, ce conflit a aussi été une révélation pour Annick : « Après avoir vu des blessés, j’ai été bénévole à la Croix-Rouge congolaise. J’y ai appris les soins infirmiers. »

Par la suite, elle est admise au concours d’entrée à l’école paramédicale Jean Joseph Loukabou de Pointe-Noire. Trois ans plus tard, elle sort avec le grade de sage-femme, une fonction qu’elle assumera à la Clinique Guenin de la capitale économique durant 13 ans. « Pendant mes heures de pause, je tricotais, comme ma mère me l’avait appris, des habits pour les nouveau-nés. Je vendais ensuite sur place le fruit de mon travail. Avec cet argent, j’ai pu acheter une machine à tricoter », se souvient-elle.

Elle ne délaisse pas pour autant ses études, puisqu’elle sort major de sa promotion à Jean Joseph Loukabou en 2000. Etant donné le manque de personnel enseignant, le collectif de cette école la rappelle pour renforcer l’équipe pédagogique. Elle suit des cours pendant six mois, puis commence à son tour à y enseigner entre 2004 et 2011.

Sage-femme, enseignante, restauratrice

Son affectation à Dolisie ne change pas son hyper-activité. Aujourd’hui, elle alterne ses fonctions de sage-femme diététicienne à l’hôpital général de cette localité et la gestion de son complexe scolaire « Les couffins d’Annick ». Une structure qu’elle a crée et anime depuis 2010 : « Nous avons une garderie, une école maternelle, un cycle primaire et un collège. Je suis la promotrice, mais je donne aussi des cours. J’y anime également des causeries débats sur l’alimentation et la diététique avec des femmes de Dolisie. »

Un lieu unique qui correspond bien à la personnalité et à l’itinéraire d’Annick, polyvalente d’abord par nécessité financière, puis par choix, pour servir son pays dans plusieurs domaines différents. Et encore, Annick Félicie Youma n’a pas été au bout de ses envies de diversité, puisqu’elle fourmille de projets.

« Dans les jours à venir, j’aimerais ouvrir un restaurant diététique. Avant de déguster un plat, je consulterais mes clients et leur ferais faire quelques examens en fonction de leur état physique (tension artérielle, insuffisance en calcium ou en vitamines, alimentation déséquilibrée avec trop de graisses ou trop de sel, etc.), rêve-t-elle tout haut, avant de conclure. C’est seulement après cela que je leur préparerais un menu en rapport avec leur état de santé. »

Max Ferhynel Poudi

Avril 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com