Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 09:08

(CRP/Syfia) A Ewo, chef-lieu du département de la Cuvette-Ouest, les cultivatrices réclament des formations pour produire plus. En attendant, elles utilisent des outils rudimentaires et de vieilles méthodes peu rentables.

« Nous plantons nos semences et nos boutures de manioc comme nos ancêtres en leur temps, car nous n’avons suivi aucune formation sur les nouvelles techniques agricoles », se plaint Charlotte Onama, la quarantaine, présidente de Congo-Victoire. Ce groupement d’Ewo (Cuvette-Ouest) compte une vingtaine de membres. Du coup les agricultrices de ce département ne pratiquent qu’une « agriculture de survie, avec peu ou pas du tout de récoltes à vendre. Cela nous permet néanmoins de prendre soin de notre famille et de manger chaque jour », nuance Charlotte.

Pour produire plus de légumes et de tubercules sains, les cultivatrices veulent apprendre notamment à utiliser des boutures améliorées, ou encore connaître l’espacement idéal à laisser entre les boutures. Reste le problème des outils rudimentaires (houes, machettes), inadaptés pour travailler sur de grandes étendues. « Le chef de secteur agricole ne nous aide pas. Nous n’avons reçu que des boutures améliorées de manioc. Nous avons aussi écrit au Conseil départemental pour demander de l’aide, mais rien n’a été fait ! », se plaint encore Charlotte.

Le conseiller économique et financier du Conseil départemental de la Cuvette-Ouest, Justin Assamoyi, avance d’autres explications : « Peut-être ces femmes ne savent-elles pas à quelle porte frapper. Le Conseil octroie des subventions aux groupements agricoles, à condition que ceux-ci aient un projet, soient identifiés ou aient un agrément. Mais, il faut aussi avouer qu’avec la situation économique de notre pays (baisse du prix du baril de pétrole, Ndlr) depuis maintenant deux ans, nous ne finançons plus les projets des groupements ou associations agricoles…»

La formation, socle du développement

Egalement montré du doigt, le chef de secteur agricole à Ewo, Roland Juvet Mbaon, précise : « Nous envoyons des rapports à notre ministère de tutelle, mais nous n’avons pas encore eu de formateurs. Nous aussi, nous attendons… Roland Juvet poursuit, Notre rôle est d’apporter aux groupements des techniques améliorées, de faire le suivi, et de les encourager à surmonter leurs difficultés. Si certaines de leurs cultures sont malades, nous les conseillons d’acheter tel ou tel produit. »

Certains groupements ont ainsi par le passé bénéficié de différents coups de pouce. « En 2011, nous avons bénéficié d’une aide de 3 millions de Fcfa (4 500 €) du Programme de développement rural (PDR) pour acheter des semences et acquérir des terrains agricoles. La même année, la première fois que nous avons semé du soja, des techniciens de la direction départementale de l’Agriculture nous ont conseillés. Depuis que nous bénéficions de l’assistance du chef de secteur agricole, nous travaillons sur de grandes étendues. Nous avons dernièrement travaillé sur deux hectares de maniocs et de soja. Apres vente de ces produits, nous avons réalisé une recette de 600 000 FCfa (plus de 900 €).», témoigne Pélagie Kémbaba du groupement Mbouli (une vingtaine de membres).

De son côté, le chef de secteur agricole regrette le manque de moyens qui l’empêche de bien suivre les 62 groupements d’Ewo et des villages autour. « Au départ, nous avions une moto pour nous déplacer, mais elle ne marche plus. Nous suivons donc uniquement les groupements environnants. » Roland Juvet Mbaon se veut cependant optimiste sur l’avenir proche : « Cette année, 31 groupements bénéficieront d’un financement du Programme d’appui au développement des filières agricoles (PADEF) pour acheter des terrains et des semences, avec en plus quelques matériels et des engrais pour fertiliser leurs champs. »

Une aide ponctuelle qui, selon le chef de secteur agricole ne remplacera jamais la formation, « socle pour permettre aux femmes de développer leurs cultures

Annette Kouamba Matondo

Mai 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com