Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 09:02

(CRP/Syfia) A Dolisie, chaque soir au retour de leurs champs, des femmes âgées vendent leurs bananes, aubergines et autres maniocs au marché. Une façon de subvenir à leurs besoins et d’assurer l’avenir de leurs enfants et petits-enfants.

« Ce soir, j’ai vendu tous les produits que j’avais ramenés du champ. Cet argent va me permettre d’acheter à manger pour les enfants », explique en souriant Sabine Dinassa, septuagénaire et veuve rencontrée au petit « marché du pont » au quartier Gaïa, dans le 2e arrondissement de Dolisie, chef-lieu du département du Niari.

Sabine fait partie de ces femmes du troisième âge, qui au retour des champs environnant leurs domiciles vendent les bananes, aubergines et autres maniocs de leurs champs. « L’argent que nous gagnons nous sert à faire le marché et à acheter les habits des enfants. Comme je suis veuve, je paie aussi leur scolarité », détaille Martine*, rencontrée au marché Mboukou (1er arrondissement de Dolisie), occupée à vendre ses tubercules de manioc et de l’oseille. « Les champs que nous cultivons sont comme ‘nos maris’ ! Si un jour, la mairie décidait de supprimer ces marchés du soir, nous en serions malades. Certaines n’auraient plus rien à donner à manger à leurs enfants !», assure Sabine, d’un ton presque plaintif.

Bonnes affaires

A Dolisie, ces marchés existent depuis les années 90, mais à l’époque, seules quelques personnes étalaient alors par terre leurs marchandises. Ces cinq dernières années, une trentaine de femmes âgées viennent ici chaque soir vendre leurs légumes à bas prix. Elles sont en effet pressées de vite les écouler pour aller ensuite s’occuper de leurs familles. « Nous vendons le tas de manioc roui, de bananes dessert ou de bois de chauffe à 100 Fcfa (0,15 €) et le tas d’aubergines à 200 Fcfa (0,30 €). A la fin de la vente, nous récoltons en général entre 3 000 (4,60 €) et 5 000 Fcfa (7,60 €). Nous divisons cette recette en deux parts. La première pour l’épargne. La seconde pour faire le marché pour la famille », précise Sabine.

Une aubaine pour les clients comme Dieudonné Kimbembé : « J’ai l’habitude de venir au marché du soir m’approvisionner en arachides, patates, légumes, tubercules etc. Les prix sont abordables, la qualité et la quantité sont bonnes. » A ce jour, ces marchés du soir constituent même des lieux qui attirent des commerçantes. Certaines quittent Pointe-Noire, Brazzaville et d’autres localités pour venir acheter des denrées alimentaires en gros et les revendre au détail dans les marchés de leurs villes respectives. « Je viens souvent acheter ici des sacs de figues puis je les revends à Pointe-Noire. Le tas est vendu entre 100 et 200 Fcfa. A la revente, nous gagnons le double, voire le triple du prix d’achat », confie Flore, une acheteuse-revendeuse.

Les agricultrices-vendeuses du marché du soir, à l’image de Sabine Dinassa, y trouvent aussi leurs comptes : « Depuis que je vends, j’ai déjà réussi à acheter une parcelle. Mais les moyens me manquent pour y construire une maison. C’est pourquoi je suis en train d’épargner afin de laisser un héritage aux enfants.»

*Prénom d’emprunt

Max Ferhynel Poudi

Mai 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com