Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 09:06

(CRP/Syfia) Vaste et mieux aménagé, le marché moderne de Dolisie attire davantage les clients et fait le bonheur des vendeuses.

« Ce marché est plus avantageux que l’ancien. Ici, tu n’es exposée ni au soleil, ni à la poussière. Nos légumes ne pourrissent pas rapidement, ils sont mieux protégés », apprécie Perpétue Moussavou à propos du marché moderne de Dolisie, chef lieu du département du Niari. La quarantaine révolue, veuve et mère de cinq enfants, cette vendeuse fait notamment allusion aux étals, autrefois en bois et désormais en béton.

Ce marché a ouvert ses portes en 2011. Situé dans le 1er arrondissement de Dolisie, il s’étale sur une superficie de 15.922 m2 et a une capacité de 1176 étals. Il est ouvert au public du mardi au dimanche. Chaque jour ou presque, les clients se déplacent d’une table à une autre sans trop de difficultés. La marchandise s’écoule et les recettes journalières sont bonnes. « Par jour, si nous achetons pour 15 000 ou 20 000 Fcfa (23 ou 30 €) de marchandises, nous les revendons pour 30 000 ou 40 000 Fcfa et réalisons ainsi certains jours 100 % de bénéfices. Cela nous permet de renforcer nos commerces et de nous occuper de nos enfants », se réjouit Perpétue.

Jeannette Mabaya, vendeuse elle aussi et chef de la section légumes au marché, précise : « Nous vendons très bien, surtout quand les blancs (Asiatiques et Français, Ndlr) viennent acheter les week-ends. Ils ne marchandent pas trop et tu peux vendre jusqu’à 50 000 Fcfa (75 €) ces jours là. Je contribue ainsi financièrement à la popote de la maison. »

« Commerçants clandestins »

De son côté, Rosalie Ketango vendeuse de divers (pâte d’arachide, oignons, courges, etc.), apprécie la sécurité dans ce marché : « Nous laissons la marchandise sur les tables et personne ne la vole. Dans l’ancien marché, il fallait débourser 100 à 150 Fcfa (0,15 à 0,20 €) par jour pour payer les gardiens. » Selon Rosalie, les gens ne volent plus les marchandises, car il y a désormais un service de gardiennage organisé. Par ailleurs, chaque soir après les ventes, le marché est fermé et les marchandises protégées.

Au marché moderne, les vendeurs paient 50 000 Fcfa comme frais de garantie pour l’occupation des places et 100 Fcfa pour le balayage. A côté de ces frais, certaines vendeuses se plaignent de la cherté des taxes. « Nous voulons qu’on nous retire la taxe de chaque fin du mois », réclame par exemple Patricia Ngouma, une vendeuse de poisson. Ce à quoi Adolphe Essobela, administrateur du marché, répond : « Les taxes ne sont pas élevées. Les 4 000 Fcfa (6 €) de chaque fin du mois nous permettent d’entretenir le marché. »

Autre problème évoqué par les vendeuses : certains commerçants vendent à même le sol et aux abords du marché. « Ces clandestins nous empêchent de bien vendre nos marchandises. A cause d’eux, les clients ne rentrent plus au marché et ne s’arrêtent qu’à leur niveau », se plaint une vendeuse qui dénonce l’impuissance des autorités.

Les commerçantes semblent sur ce point avoir été entendues, puisque ce mois de mai, la mairie a fait déguerpir les commerçants illégaux qui vendaient autour du marché moderne.

Victor Bivihou

Mai 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com