Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 09:34

(CRP/Syfia) Souvent battue par son époux, Martine Kengué a divorcé il y a 14 ans. Aujourd’hui chef de quartier à Komono (département de la Lékoumou), elle défend les droits des femmes et les encourage à s’émanciper.

« Mon mari n’a pas voulu me soutenir à l’école sous prétexte que quand je réussirai dans ma vie, je le quitterai. J’ai connu cinq maternités en 17 ans… On se battait tous les jours. Lorsque j’ai constaté que ça ne marchait plus entre nous, j’ai décidé de le quitter… C’était il y a 14 ans. Depuis, je m’occupe seule de mes cinq enfants », raconte Martine Kengué, aujourd’hui dans la cinquantaine.

Grande de taille, de teint clair, depuis deux ans maintenant, Martine dirige le comité du quartier centre-ville de Komono (une localité de 14 600 habitants environ, à 65 km au nord-ouest de Sibiti). Un de ses buts est de défendre les femmes qui ne connaissent pas leurs droits, en réalisant des sensibilisations, des médiations, etc.

Être privée de ses droits, Augustine Ayama sait ce que cela représente… La présidente de l’Association les femmes de Lissengué (un des six quartiers de Komono) (AFL), a en effet elle aussi été victime d’abus d’autorité de la part de son défunt mari. « J’avais fourni un dossier pour être recrutée au district de Komono. Malheureusement, mon époux avait alors interdit au Préfet de prendre mon dossier... Une autre fois, on m’a sollicitée pour intégrer la force publique, mais, là aussi, mon mari s’est à nouveau opposé, me privant d’exercer un métier quelconque. » Augustine a toutefois gardé sa langue dans sa poche : « Je n’ai pas voulu divorcer, car j’ai eu des enfants avec lui. Pour moi, partir, c’était mettre leurs vies en danger. Aujourd’hui, mes enfants sont grands et me soutiennent. »

« La femme n’est pas une esclave ! »

Albert Ngouaka, directeur de cabinet du maire de Komono, apprécie le courage de ces femmes. Il salue en particulier la libre-parole de Martine Kengué : « La femme n’est pas une esclave ! Elle doit s’exprimer. Il faut informer les Komonoises (habitantes de Komono) sur leurs droits pour qu’elles en prennent conscience. En nommant Martine Kengué chef de quartier, c’est déjà un premier pas ! »

De son côté, Felix Magellan Tsiba, ancien chef de quartier Makelé à Komono, voit en Martine « une femme de caractère, qui n’a pas hésité à dénoncer les maltraitances qu’elle a vécues dans le foyer de son ex-époux en présence de son nouveau compagnon lors d’un débat communautaire tenu en juin dernier avec les journalistes du Centre de Ressources pour la Presse (CRP).»

Martine Kengué est aussi admirée et écoutée par ses administrés. « Cette femme courageuse règle beaucoup de problèmes, notamment par des médiations », apprécie Léa Mbou, une habitante du quartier centre-ville de Komono. Sur certaines choses, en tout cas, Martine ne transigera pas : « Les femmes ont le droit de travailler. Avec leurs salaires, elles peuvent soutenir les enfants. Elles ont le droit d’être honorées par leurs époux. Les femmes du district de Komono doivent comprendre cette logique. »

Jean Thibaut Ngoyi

Juillet 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com