Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 07:19

(CRP/Syfia) A Komono, dans le département de la Lékoumou, à environ 65 km de Sibiti, les femmes, unies et solidaires au sein du groupement Sala-Ngolo, développent leur production agricole.

« Sur terre, si tu ne travailles pas, tu n’es rien ! Nous avons baptisé notre groupement Sala-Ngolo ("Fais un effort", en kituba), car l’agriculture que nous pratiquons est un travail pénible », explique fièrement Elisabeth Mbou. A Komono, dans le département de la Lékoumou, à environ 65 km de Sibiti, tout le monde ou presque l'appelle « le Passé » en référence à la joyeuse jeunesse et à l'éternel dynamisme de cette femme de 64 ans.

Elisabeth est la présidente du groupement Sala-Ngolo. Crée en 1994, ce dernier compte aujourd'hui 14 membres (11 femmes, 3 hommes) et œuvre dans les activités agricoles. Tous travaillent d’arrache-pied. « Nous avons un champ d’un hectare de manioc, banane et ananas arrivé à maturité. Nous comptons renouveler la même superficie pour les mêmes cultures la saison prochaine », précise Elisabeth.

Une détermination qui suscite l’adhésion d’autres membres. « J'ai été attirée dans ce groupement par l’ambiance et l’esprit de travail qui y règne », fait savoir Honorine Andzouli, 60 ans, qui a intégré Sala-Ngolo en 2013. Elle ajoute : « Quand nous nous répartissons les recettes, tous les membres sont traités équitablement. J'apprécie également l’aspect mutuel de notre groupement. Par exemple, si l’une de nous a un décès ou un malade parmi ses proches, les autres se cotisent pour l'aider. »

Egalité et solidarité

Sandrine Tsiaou, la vingtaine, une autochtone, partage le même enthousiasme et les mêmes valeurs : « J'ai adhéré à ce groupement parce que j’ai constaté qu’au sein de celui-ci, il n’y avait pas de discrimination entre bantous et autochtones. Quand nous réalisons des bénéfices après vente de nos produits agricoles, nous nous répartissons équitablement les recettes. » Cette année, Sala-Ngolo affirme ainsi avoir gagné 400.000 Fcfa (610 €). Sur ce total, les membres ont placé en épargne sur un compte bancaire 110 000 Fcfa (167 €) et mis de côté 80 000 Fcfa (122 €) pour le fonctionnement du groupement. Les membres se sont partagés le reste à raison de 15 000 Fcfa (23 €) par personne. « Cette somme m’a permis de faire face à mes besoins existentiels, mais il nous faut des partenaires pour augmenter notre productivité afin que chaque membre puisse gagner davantage », plaide Catherine Moukouala.

En 2010, le groupement avait reçu du Fonds international de développement agricole (Fida) en partenariat avec le ministère de l’Agriculture et de l'élevage, dans le cadre du projet Proder-Sud (Projet de développement rural dans les départements de la Bouenza, Lékoumou, Niari et Kouilou, au sud du Congo), un financement de 100 000 Fcfa (152 €) et un moulin à foufou qui leur permet d’avoir quelques recettes supplémentaires. Pas de quoi, cependant, faire face à toutes les difficultés fait savoir Elisabeth Mbou : « Nous payons 1 500 Fcfa (2,30 €) par jour à chaque personne qui débroussaille ou abat des arbres, de même qu'aux femmes pendant la période des semences. Nous louons également la tronçonneuse 3 000 Fcfa (4,60 €) par jour pendant la période d’abattage. »

Des charges financières lourdes à porter... Jean Claude Bassouamina Louzolo, directeur départemental de l’Intégration de la femme au développement, se dit conscient de ces problèmes : « Ce groupement sérieux et dynamique est bel et bien listé dans notre répertoire, car il fait un travail très apprécié. Nous les appuyons dans la mesure du possible. En 2013 et en 2014, lors de la municipalisation accélérée, nous lui avons donné des kits de maraîchage. Dès que nous aurons de notre hiérarchie des financements destinés aux groupements agricoles, nous n’oublierons jamais Sala-Ngolo ! »

En attendant, Elisabeth "le Passé", résolument tournée vers l'avenir, rêve de multiplier les champs de Sala-Ngolo. Grâce à ce dynamisme permanent, certains membres ont déjà pu construire des maisons en dur.

Emmanuel Libondo

Septembre 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com