Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 07:17

(CRP/Syfia) A Louvakou, dans le département du Niari, les femmes disent manquer d’attention de leurs époux. Quelques maris modèles aident toutefois leurs femmes aux champs et à la maison.

« Nous ne sommes pas bien traitées à 100 % dans nos foyers par nos maris. Nos hommes ne nous comprennent pas ! », lâche Denise Mbéri Tsaty, présidente du groupement Femmes rurales et les activités socio-économiques (Frase). Dans l’assistance, Robert Kissoussou se plaint : « Ma femme est championne pour le travail des champs, mais elle ne lave pas mes habits, ne nettoie ni la maison, ni même la chambre. Je me suis plaint auprès de ses parents, elle n’a pas changé de comportement. J’ai donc supprimé son argent de poche, mais je continue de lui donner les sous de la popote…»

C’est dans une ambiance « j’accuse, tu réponds » que s’est tenu en août dernier à Louvakou, à environ 30 km au sud-est de Dolisie (département du Niari), un débat communautaire sur « les conditions de vie des femmes de Louvakou dans le foyer ». Dans cette localité d’environ 700 âmes, la soixantaine de femmes présentes au débat (pour seulement huit hommes) ont accusé leurs époux de manquer d’attention à leur égard : « Nos maris ne connaissent pas nos besoins, ce qui entraine des discussions au foyer. »

Animés en kituba par Flaure Elysée Tchicaya et Max Ferhynel Poudi, deux journalistes du projet « Journalistes, associations et autorités locales contribuent à un meilleurs respect des droits des femmes rurales pour lutter contre la pauvreté », les échanges ont été supervisés par Gaston Elbi Enkari, coordonnateur dudit projet. Un projet financé par l’Union européenne et piloté par le Centre de ressources pour la presse (CRP), en partenariat avec Syfia International.

Un jour dans l’année…

Les participantes au débat ont affirmé manquer de tout ou presque. « Par exemple des pagnes ou des cadeaux surprises. Nous sommes obligées de demander et ce n’est souvent qu’après multiples disputes que les époux se sentent contraints de réagir… », a déploré Denise. Sa consœur de Frase, Doris Ibondo Mapembi, a pour sa part constaté : « C’est rare de voir un homme aider sa femme ! Ils ne comprennent pas que cette dernière se fatigue… » Ce à quoi Alain Maloudi, secrétaire du comité du village Mbouma (à environ 2 km de Louvakou), a répondu : « Ce manque d’attention est dû à la pauvreté. L’administration devrait ouvrir des centres de formation en couture, coiffure ou créer des micro-projets pour que les femmes supportent elles aussi certaines charges ! »

Dans d’autres foyers, par contre, on trouve des hommes attentionnés, comme l’a assuré Audrey Madingou : « Je travaille avec mon époux dans les champs. Si je suis fatiguée, il m’aide à transporter le panier. Quand nous avons de l’argent, nous achetons nos habits ensemble. » Leslie Biyoudi, une autre participante au débat, a également témoigné : « Mon mari me nourrit, me soigne et m’aide dans certains travaux ménagers. Par exemple, il lave les enfants. »

Pierre Mbéri, secrétaire du groupement Frase, a semblé faire partie de ces maris attentifs, au moins un jour dans l’année : « Le jour de la fête internationale de la femme, c’est moi qui prépare, je fais les travaux ménagers, je balaie la cour. » Des propos que son épouse Denise n’a pas contredits. Un dialogue encouragé par Angélique Nzaou Tsimbi, directrice départementale de la Promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement : « La femme doit écouter ce que lui dit l’homme et lui aussi doit s’occuper de sa femme. »

Victor Bivihou

Septembre 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com