Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 07:16

(CRP/Syfia) Discriminations à l’embauche, manque de prise en charge… A Djambala, chef-lieu du département des Plateaux, des personnes handicapées ont parlé de leurs problèmes quotidiens. C’était au cours d’un récent débat communautaire.

« Les handicapés ne sont pas censés ignorer leur droits, malgré les discriminations qu'ils subissent ! Rappelons-nous que nos droits sont garantis par la Constitution congolaise et les textes internationaux, malgré le faible soutien des pouvoirs publics à notre égard ! », a insisté Juvenal Donatien Mfira, président de l'Union nationale des handicapés du Congo (Unhaco), antenne de Djambala (chef-lieu du département des Plateaux). C’était à l’occasion d’un débat communautaire sur « les droits des personnes vivant avec handicap (PVH) et leur prise en charge ». Débat organisé en août dernier à Djambala par le Centre de Ressources pour la Presse (CRP), dans le cadre du projet « Journalistes, associations et autorités locales contribuent à un meilleur respect des droits des femmes rurales pour lutter contre la pauvreté ». Un projet financé par l’Union européenne et piloté par le CRP, en partenariat avec Syfia International.

Animé en français et lingala par Viviane Bonaventure Nkoua et Hortense Nathalie Ngatsongo, deux journalistes du projet, sous la supervision de Gaston Elbi Enkari, coordonnateur dudit projet, ce débat a vu la participation d’une vingtaine de PVH et de quelques responsables de la circonscription d'action sociale (CAS) de Djambala.

L’occasion pour cette couche de la population de dénoncer tout haut les multiples discriminations dont elle se dit victime. « Les personnes handicapées vivent dans des conditions précaires et sont éternellement plongées dans la misère ! Par exemple, entre 2011 et 2013, nous avons suivi à l'hôpital de base de Djambala une formation avec huit valides pour devenir agents de santé communautaire. Nous n'étions que deux PVH, mais à la fin de la formation, ce sont les valides qui ont été embauchés... Cela nous a écœurés ! », a regretté le président de l’Unhaco Djambala.

Les valides d’abord…

Des mésaventures qui ne semblent pas isolées, à en croire Ferdinand Ipara, vice-président de la même antenne locale de l’Unhaco. Au cours du débat, il a ainsi expliqué « avoir remis en 2009 des dossiers à une autorité pour être recruté dans la Fonction publique. Sans succès, jusqu'à aujourd'hui… Pourtant, près d'une dizaine de PVH, étaient détenteurs du brevet d'études moyennes et générales et du baccalauréat », a-t-il précisé. Mêmes désillusions pour Landry Senkion : « Les personnes handicapées sont négligées et abandonnées à elles-mêmes. En ce qui me concerne, j'ai présenté un projet de 4,1 millions de Fcfa (près de 6 300 euros) sur le maraîchage au ministère de l'Agriculture. Je pense avoir été écarté à cause de mon handicap, étant donné qu’une dizaine de valides ont été retenus… »

Au cours des échanges, Jean-Pierre Mountali, chef de quartier Ngambao, a insisté sur le fait qu’« au niveau de la famille, nous considérons les PVH comme des parents à part entière. Dans notre quartier, ils ont aussi des responsabilités. Toutefois, les pouvoirs publics devraient fournir des efforts pour améliorer leurs conditions de vie. » De timides efforts existent déjà par endroits, a reconnu Thomas Hiver Ngandzounou, PVH, chef de bloc à Ngambao et membre de l'Unhaco : « Dans les administrations ou les quartiers, les autorités nous reçoivent bien… Mais, au lieu d'écouter nos doléances et de trouver une solution, elles se contentent de mettre en avant leur manque de moyens. Elles nous considèrent comme des mendiants ! »

Le chef de la circonscription d'action sociale de Djambala, Kihulu Boueya, a réagi à cette interpellation. « Notre direction accorde des aides (entre 50 000 et 100 000 Fcfa, soit entre 75 et 150 euros pour des activités génératrices de revenus et la scolarité de certains enfants, Ndlr) au cas par cas. Depuis janvier 2016, près d'une dizaine de PVH en ont bénéficié », a-t-il indiqué, tout en déplorant le manque d’appui de partenaires au développement en direction du ministère des Affaires sociales.

« Certes ces aides au cas par cas existent », est intervenu Juvenal Donatien Mfira, avant de lancer avec détermination, « mais nos parents nous ont mis à l'école pour que demain nous comptions dans la société. Nous interpellons le gouvernement congolais : nous n'avons pas deux Congo, il n'y a qu'un seul président de la République, un seul gouvernement ! Nous voulons donc travailler, nous aussi, les personnes handicapées des Plateaux ! »

Flore Michèle Makoumbou

Septembre 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com