Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 14:03

(CRP/Syfia) A Okoyo, dans le département de la Cuvette-Ouest, à environ 700 km au nord-ouest de Brazzaville, des femmes vendent difficilement leurs produits agricoles. Elles ont dernièrement lancé un SOS à l’occasion d’un débat communautaire.

Jeunes filles, femmes adultes… Elles étaient une trentaine aux côtés d’une dizaine d’hommes à s’être rendues à la salle polyvalente de la sous-préfecture d’Okoyo (département de la Cuvette-Ouest) pour participer à un débat communautaire. Ce dernier a été organisé le  9 septembre dernier  par le Centre de Ressources pour la Presse (CRP), dans le cadre du projet « Journalistes, associations et autorités locales contribuent à un meilleur respect des droits des femmes rurales pour lutter contre la pauvreté ». Un projet financé par l’Union européenne et piloté par le CRP, en partenariat avec Syfia International.

Il a été animé en lingala et en téké par Nathalie Hortense Ngatsongo et Viviane Bonaventure  Nkoua, deux journalistes du projet, sous la supervision de Gaston Elbi Enkari, coordonnateur dudit projet. Angélique Onounga et Antoine Ngahoulou, respectivement directrice départementale de la Promotion de la femme et directeur départemental de l’Intégration de la femme au développement étaient également présents. Ce débat s’articulait sur : « Le vécu quotidien de la femme d’Okoyo ».

En dépit de la route construite fin 2014 qui relie Okoyo à Lekety, en passant par la frontière du Gabon, les paysannes et paysans de cette localité d’environ 10 000 âmes peinent à écouler leurs produits agricoles. « Merci aux autorités pour la route, mais, cette dernière ne nous sert presque à rien ! L’année dernière, notre groupement Comité pour le développement du haut Alima (CDHA) a produit deux hectares d’ignames, mais, toute la production a péri faute d’acheteurs ! Les rares acheteurs gabonais ne s’arrêtent qu’au village voisin. Mon champ personnel a subi le même sort… », s’est plaint Thérèse Wakeyi, sexagénaire, membre du CDHA, un groupement de 30 membres, crée en 1997. Le village de Thérèse se trouve en effet à une trentaine de kilomètres du Gabon, mais les acheteurs de ce pays vont au village voisin, encore plus proche de la frontière...

Coûts prohibitifs

Plusieurs participantes au débat ont aussi jugé prohibitifs les coûts des machines mises à leur disposition par le Centre des machines agricoles (CMA), un projet de 5 ans débuté en 2015 et piloté par l’ONG américaine IPHD, Partenariat international pour le développement humain, en partenariat avec le ministère congolais de l’Agriculture. Selon Madeleine Kassie-Siémé, présidente du groupement « Mouebara » (nom de feue Emilienne Mouebara, mère du chef de l’État congolais), « c’est vrai que ces machines nous aident. Mais, payer 65 000 Fcfa (100 €) juste le temps de labourer et mettre la pulvérisation sur nos terres est un prix trop élevé pour nous autres paysans ! Nous avons déjà du mal à vendre nos produits, alors où pourrions-nous trouver tout cet argent ? Dans ces conditions, il est difficile pour nous de lutter efficacement contre la pauvreté ! »

Pour ces femmes, la seule solution reste donc tendre la main aux pouvoirs publics. « Je propose à l’État de nous envoyer des véhicules qui ramasseront nos produits et les achemineront en ville pour des acheteurs. Il faut aussi que le ministère de l’Agriculture baisse les coûts des tracteurs du CMA », a suggéré lors du débat Honorine Tchoundaga, enseignante et paysanne, la cinquantaine révolue.

Des propositions auxquelles ont réagi quelques représentants des pouvoirs publics. « Ce prix ne dépend pas de nous. C’est le CMA qui nous l’a prescrit. Ces tarifs nous font mal. Nous allons expliquer à notre hiérarchie vos desiderata », a promis Mathieu Pascal Mfouobassoua, chef du secteur agricole et de l’élevage à Okoyo.

Pour Angélique Onounga, directrice départementale de la Promotion de la femme, « c’est vrai que c’est notre droit de tout réclamer à l’État. Mais, avant que ce dernier n’intervienne, nous pouvons commencer à agir ! Dans certains groupements, les paysans pourraient se cotiser pour louer un véhicule afin qu’il achemine vos produits en ville. »

John Ndinga-Ngoma

Novembre 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com