Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

28 décembre 2016 3 28 /12 /décembre /2016 08:27

(CRP/Syfia) Dans le district d’Okoyo à environ 60 km d’Ewo (département de la Cuvette-Ouest), Véa Kayiki a fait des activités champêtres sa principale source de revenus.

« Les jeunes filles d’ici ne s’intéressent pas aux champs. Elle préférent dépendre des hommes pour subvenir à leurs besoins ! », déplore Madeleine Kassiemy, septuagénaire et habitante d’Okoyo, un village situé à 60 km d’Ewo, dans le département de la Cuvette-Ouest.

Madeleine fait partie du groupement « Mouebara (nom de la mère décédée du président Denis Sassou Nguesso, Ndlr) ». Ce groupement agricole existe depuis 5 ans et  compte une trentaine de membres. Véa Kayiki, 22 ans, mère d’un enfant de 2 ans et vivant en couple, en fait partie.

Véa est la plus jeune de tous les membres. Elle a décidé de faire des champs « son bureau ». « Chacune d’entre nous à sa conception des choses dans la vie. Moi, j’ai choisi de faire des champs ma principale source de revenus. Cela m’aide à faire face à mes problèmes », explique-t-elle.

Véa est mariée à un policier, qui assure presque tout dans le foyer grâce à son salaire d’environ 150 000 Fcfa (230 €) par mois. Pourtant, elle ne s’inscrit pas dans la logique des jeunes femmes de son âge qui sont dépendantes des hommes : « Il ne faut pas toujours tout  attendre du mari ou d’une autre personne. Lorsqu’on travaille et qu’on gagne son propre argent, ajouter à ce que donne le mari, c’est nettement mieux ! » L’époux de Véa apprécie, lui aussi, cet apport de revenus et de produits agricoles qui leur permet d’avoir toujours de quoi manger.

Ne pas dépendre d’un bienfaiteur

Sa femme n’éprouve en tout cas aucun complexe  à pratiquer l’agriculture avec des femmes plus âgées qu’elle. Elle en est persuadée : « C’est une meilleure façon pour devenir autonome ». Véa essaie donc de convaincre d’autres filles de son âge de prendre des initiatives plutôt que de dépendre d’un bienfaiteur.

Pour Madeleine Kassiemy, Véa est un exemple pour les jeunes femmes de leur localité : « Je suis âgée et fatiguée. Mes petites-filles n’aiment pas entendre parler des champs. Elles rêvent de trouver un homme pour les marier et s’occuper d’elles. Malgré mon âge, je suis ainsi obligée d’aller aux champs en parcourant 10 km au moins pour trouver de quoi me nourrir. Je n’ai pas d’argent pour payer les services des conducteurs de tracteurs afin de me loubourer un champs. Je suis habituée à tout faire à la main. »

Malgré toutes ces  difficultés, certaines ne baissent pas les bras. A l’image de Véa Kayiki, qui a réalisé un demi-hectare de champ de patates. Soutenue par son mari, à présent, elle « rêve de réaliser sur cette même superficie un autre champ de manioc ».

De son coté, Angélique Onounga, directrice de la Promotion de la femme dans la Cuvette-Ouest, n’hésite pas à « encourager et conseiller les jeunes filles courageuses de cet âge qui pratiquent l’agriculture pour être indépendantes. »

                                                                                                           Haircy Mbimi

Décembre 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com