Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 15:44

(CRP/ Syfia) A Komono, dans le département de la Lékoumou, à environ 65 km de Sibiti, les femmes de l’association Lissengué expérimentent le travail en groupe et maximisent ainsi leur production agricole. Un combat efficace contre la pauvreté.

Vêtue d'un grand boubou marron, mouchoir noué sur la tête, Augustine Ayama, de taille moyenne, la soixantaine révolue, veuve et mère de cinq enfants, est la présidente de l'association Femmes Lissengué (nom d'un quartier de Komono), une localité située à environ 65 km de Sibiti, dans le département de la Lékoumou.

Cette association compte une dizaine de membres, femmes bantoues et autochtones. "Ce sont les aînés (autorités locales, Ndlr) qui m'ont poussée à créer cette association. Avant, chacun travaillait dans son coin. Les travaux champêtres se faisaient juste pour la consommation personnelle. Les gens qui s’occupent des groupements nous ont orientés vers le travail en groupe", se souvient Augustine, à propos des premiers pas de Femmes Lissengué. Dès la création de ce groupement en 2014, le but est de "réunir les forces pour être efficaces et maximiser notre production agricole."

La présidente résume : "Chaque année, nous travaillons sur une superficie d'un hectare, avec 20 sacs de foufou à chaque récolte de manioc. Le sac de foufou est vendu 15 000 Fcfa (23 €)." Grâce à une organisation et une gestion rigoureuses, Femmes Lissengué est devenu financièrement autonome. "Par exemple, si les ventes rapportent 250 000 Fcfa (380 €), nous versons la moitié dans la caisse de l’association, à la Mutuelle congolaise d’épargne et de crédit (Mucodec). Nous utilisons 50 000 Fcfa (75 €) pour continuer les activités agricoles, notamment le défrichage et le planting de nouvelles boutures de manioc. Nous partageons équitablement le reste de l'argent entre les membres", explique encore la veuve Ayama. "Nous vendons aussi les poissons fumés et salés. A la fin du mois, les bénéfices de nos produits sont également versés dans notre compte épargne. Là aussi, nous nous partageons le reste d’argent", ajoute-t-elle.

Travail d'équipe rentable et moins pénible

En dehors de ces travaux d'équipe, chaque membre de l'association, exerce à son propre compte une autre activité. "Je prépare les beignets locaux à base de farine. Cela me rapporte 20 à 30 000 Fcfa (30 à 45 €) par jour. Grâce à ces bénéfices, ajoutés à ceux de la vente du foufou, je soutiens les études de mes enfants !", lance avec fierté la présidente de Femmes Lissengué.

Admiratif, Albert Ngouaka, directeur de cabinet du maire de Komono, pense pour sa part que l’association "est le grand fournisseur de manioc sur le marché local. Elle participe donc au développement du pays." De son côté, Ekemi Adrienne, trésorière de Femmes Lissengué, estime également "avantageux de travailler en groupe. Quand nous travaillons ensemble, nous augmentons notre rendement et réduisons le temps de travail. Cette pratique est devenue payante au fil du temps."

Un avis partagé par Jean Claude Louzolo Bassouamina, directeur départemental de l’Intégration de la femme au développement de la Lékoumou : "Travailler en groupe c’est mieux ! La productivité augmente et la pénibilité diminue. En raison du manque de culture associative dans notre département, le ministère nous a instruits de regrouper les femmes en associations, en dépit des difficultés éprouvées pour le suivi."

M. Louzolo Bassouamina précise que, de temps en temps, sa direction appuie des associations en formations, en raison de leurs difficultés notamment sur la gestion. "Nous leur faisons comprendre que pour avoir un nom social, il faut un agrément, un compte, un siège et un récépissé. Et l’appui en matériel vient souvent ensuite du sommet, laisse-t-il entendre. Il conclut : Pour faire des descentes régulières sur le terrain, il nous faudrait des moyens roulants et un personnel compétent. Mais, souvent nous sommes obligés de prendre les véhicules des commerçants. Dans ces conditions, ce n’est pas facile de faire un travail de suivi."

Flore Michèle Makoumbou

Janvier 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Maître Marabout Gambada Djogbe 23/03/2017 02:48

PORTE FEUILLE MYSTIQUE ET MAGIQUE DE GAMBADA DJOGBE

Réalisez enfin tous vos désirs dans le domaine financier et commercial grâce à notre portefeuille magnétique aussi appelé en Afrique "Porte monnaie Magique"! Ce portefeuille sorti d'un Seau des génies fera office d'une part de bouclier protecteur très efficace contre la perte d'argent et le Talisman qu'il contient vous attirera abondance , fortune et prospérité telqu'un aimant magnétique. Ce portefeuille, destiné à remplacer votre porte monnaie actuel, est livré avec un mode d'emploi pour activer le talisman selon le domaine à dynamiser (finance, commerce, jeux de hasard, etc...). Dimensions : 9 x 12 cm.

Une fois que se portefeuille sera en votre possession elle sera capable des multiplier la somme qui sera dedans fois(x)100(si vous mettez 10euro vous aurez 1000euro dans 2jours)

Votre voyant Maître GAMBADA DJOGBE peut vous aider partout, où que vous soyez, dans tous les domaines comme :
Amour - tendresse - fidélité conjugale - retour de l'être aimé - rencontre d'un nouvel amour - Argent - Chance aux jeux - Trouver du Travail - Examens - Réussite dans la vie professionnelle - Protection contre le danger - désenvoûtement - impuissance sexuelle - guéri les maladies inconnues, etc...

Téléphone : +229 95 67 77 26

Email : gambadadjogbe@gmail.com

Site web : www.gambadavodoun.eklablog.com

Site web : www.rapideretourdaffection.com

Site web : www.gambadadjogbe.over-blog.com


Site web : www.gambadadjogbe.onlc.fr

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com