Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 16:05

(Syfia/CRP) A Brazzaville, Marcel Koudiédié Manpassi a trouvé une façon originale et artistique de lutter contre la prolifération des déchets. Cet artiste peintre congolais ramasse des bouteilles en verre et en plastique. Il en fait ensuite des personnages originaux, défenseurs de l’environnement dont les messages commencent à être entendus.

 

Quand Marcel Koudiédié Manpassi revient il y a quatre mois à Brazzaville après 13 ans d’absence, il n’en croit pas ses yeux : immondices à chaque coin de ruelle, bouteilles jetées un peu n’importe où, canalisations bouchées, etc. Où est donc passée "Brazza la verte" et sa luxuriante végétation ?

D’Angola où il a passé une année et du Gabon, où il a séjourné 12 ans, l’artiste peintre a ramené quelques idées. Dans ces deux pays, il avait en effet pris l’habitude de ramasser des bouteilles pour fabriquer des messagers, petits personnages bien habillés. "Quoi de mieux pour attirer l’attention des Congolais que la sape, les beaux habits", s’interroge l‘artiste. Il faisait ainsi plaisir à ses compatriotes nostalgiques du pays et à des Gabonais étonnés de l’originalité de son travail.

De retour à Brazzaville, l’artiste écolo de 39 ans veut aller plus loin dans le "boubellisme", l’embellissement des bouteilles en verre ou en plastique. Il les ramasse donc dans les quartiers où il passe, les nettoie, les habille avec du tissu, puis leur dessine les yeux et la bouche avec de la peinture vive (rouge, jaune, vert, orange). Le tout en tenant compte des tendances vestimentaires du moment des "sapeurs", ces dandys de la place, devenus de véritables phénomènes de société. Réaliser un personnage lui prend en moyenne quatre jours. Sa touche finale : des messages résolument engagés dans la bouche de ses porte-parole bien habillés : "Garder votre ville propre" ; "un environnement sain peut éviter les maladies" ; "bien gérer ses ordures ménagères c’est préserver la nature…"

 

Messagers écolos et œuvres d’art

Au début, sa volonté de changer les comportements faisait rire ses proches. "Mes amis me répétaient que je perdais mon temps. Puisque, d’après eux, même l’Etat ne faisait rien pour améliorer les choses", se souvient l’artiste. Au fil du temps, il est cependant écouté des gens de Moukondo, son quartier. "Les plus démunis admirent le style vestimentaire des mannequins. Les intellectuels, eux, s’interrogent sur les messages", observe Marcel.

Son projet est également bien perçu par le directeur du Cercle culturel Sony Labou Tansi qui lui offre un espace pour travailler. "Plus de 10 personnes passent chaque jour. Parmi elles, entre 3 et 5 achètent." Un messager coûte entre 2 000 et 5 000 Fcfa (entre 3 et 8 €). "J’en ai offert un à un ami qui allait en France et a trouvé l’idée géniale. Depuis, j’en ai acheté un pour moi aussi et je ne balance plus les bouteilles. Je les garde pour d’autres usages", témoigne Judicaël, gérant de commerce. "Ces personnages font non seulement office de messagers pour la sauvegarde de l’environnement, mais aussi d’œuvre d’art. C’est une initiative à encourager", déclare un autre fan.

M. Malonga, agent de Pro-Brazza, structure de nettoyage partenaire de la mairie de Brazzaville est du même avis, même si, selon lui, Marcel gagnerait à "se mettre avec d’autres artistes pour que son entreprise ait plus de visibilité." Il poursuit : "L’assainissement de Brazzaville est un réel problème. Il faut s’unir pour avoir des résultats efficaces."

Se regrouper ? Marcel Koudiédié Manpassi y a déjà pensé. Plus tard, il aimerait créer une association écologique et artistique. Pour l’heure, il collabore déjà avec une dizaine de personnes dont des marchands de bouteilles, des gérants d’hôtels et des restaurants dans différents quartiers de la capitale. Heureux que son travail sorte de l’anonymat, il félicite les gens de son quartier, devenus ses relais et qui ne laissent plus traîner les bouteilles dans la rue. Désormais, ils les lui remettent ou les monnayent à des vendeurs d’huile, de pétrole ou de vin.

 

 

Annette Kouamba Matondo

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com