Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 16:30

(Syfia/CRP) Comment faire venir ou revenir à l’école les 15-25 ans ? A Pointe-Noire, une association leur apprend gratuitement à lire et à écrire pour qu’ils trouvent plus facilement du travail. Les parents devraient prochainement bénéficier eux aussi de ce programme qui s’étendra à Brazzaville et à différents départements du pays.

 

"Mes parents sont contents que je reparte à l’école. Ils pensent que je pourrai ainsi avoir une meilleure vie que mon père menuisier qui n’y a jamais été", explique un jeune de 21 ans, bien décidé à obtenir son Brevet d’études du premier cycle (BEPC). "C’est important pour moi de savoir lire et écrire, car, jusqu’ici, j’ai du mal à trouver du travail", déclare un autre apprenant à peu près du même âge.

A Pointe-Noire, les trois salles de classe de l’école primaire Alexis Makosso comptent chacune une douzaine d’élèves de 15 à 25 ans. Certains d’entre eux n’ont jamais été à l’école, d’autres l’ont quitté au primaire. En 2008, l’Association nationale pour l’éducation prénatale (ANEP) a crée dans ces murs un centre d’alphabétisation. Aujourd’hui, 100 jeunes (50 filles et 50 garçons) ont accès gratuitement aux cours et y participent régulièrement. Ce projet d’appui à l’éducation alternative des jeunes déscolarisés et non scolarisés remplace en quelque sorte les cours du soir qui n’existent plus depuis quelques années par manque d’encadreurs qualifiés et de donateurs.

Au Congo, apprendre à lire et à écrire en dehors de l’école est pourtant pour beaucoup une nécessité ces dernières années. Au moment des troubles sociopolitiques de 1997, bon nombre d’établissements scolaires ont en effet été détruits et depuis lors les parents se sont en général appauvris. "Depuis 2002, nous remarquons l’augmentation de cas d’illettrés et semi illettrés à Brazzaville et à Pointe-Noire. Dans plusieurs départements du pays des jeunes n’ont pas pleinement accès aux activités scolaires, faute de moyens financiers, de bâtiments et d’enseignants", fait remarquer Agnès Koubikani, présidente de l’ANEP.

 

Alphabétiser aussi les parents

Le projet de cette Organisation de la société civile (OSC) devrait s’étendre en 2010 à Brazzaville et à différents départements du pays. Pour mieux atteindre les jeunes, l’ANEP souhaite aussi alphabétiser les parents : "Il faut d’abord leur apprendre l’importance de l’éducation, pour qu’ils envoient ensuite leurs enfants à l’école", explique Lucien Samba Kifouani, chargé de la communication. Des blocages existent encore aussi du côté des jeunes. Tous ne sont pas à l’aise quand ils découvrent ou redécouvrent les études. "Il est difficile d’établir un lien de confiance entre nous et nos élèves. Ils ont souvent peur de répondre à une question", regrette un encadreur.

Un travail d’équipe de l'association davantage en lien avec les autorités, sera donc sans doute nécessaire pour mener des actions efficaces et à plus grande échelle. De son côté, le ministère de l’Enseignement primaire et secondaire a mis en place plusieurs programmes, parmi lesquels, la rescolarisation des 8-16 ans à travers l’Appui à la réhabilitation de l’enseignement primaire et de l’alphabétisation (AREPA). "Nous avons fait beaucoup de progrès ces dernières années", assure Dominique Baganda, directeur de l’alphabétisation au ministère qui envisage d’apporter une aide multiforme (formation des encadreurs, soutien en outils pédagogiques) à l’ANEP.

 

El-Staël Enkari

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com