Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 12:19

(CRP/Syfia) A Ewo dans la Cuvette-Ouest, à 630 kilomètres au nord de Brazzaville, des femmes luttent au quotidien pour le respect de leurs droits. Une tâche difficile. Mais, dans cette bataille, certaines se distinguent, à l'image d'Angélique Kébi. 

 

"Se croiser les bras est suicidaire ! Il faut faire quelque chose. La terre est là, c'est un trésor à la portée de tous !", aime répéter Angélique Kébi aux jeunes filles et femmes d'Ewo.

La cinquantaine révolue, cette mère de  neuf  enfants est l'une des dynamiques actrices de la société civile de la Cuvette-Ouest. Agent technique de santé à la direction départementale des Affaires sociales depuis 2000, elle montre l'exemple, en troquant sa tenue habituelle contre celle de cultivatrice. "À sa place, d'autres se seraient contentées  de leurs salaires de  fonctionnaires", fait remarquer Angélique Onoungou, directrice départementale de la Promotion de la femme. Pour elle aussi, "il faut diversifier les sources de revenus pour mieux faire vivre sa famille."

A trois ans de sa retraite, Angélique Kébi pense avoir "trouvé sa reconversion". Vice-présidente du groupement agricole We me yi ("Tu es venu de toi-même", en téké), elle incite les femmes à travailler en groupe. "Seule, on est moins efficace. En groupe, on produit plus", résume-t-elle. Aujourd'hui, quand il s’agit de parler des femmes d'Ewo, Angélique n'a pas sa langue dans sa poche : "Elles souffrent. Elles pratiquent encore l'agriculture de façon manuelle et n'ont  pas accès au crédit. Les femmes ont une fois de plus été oubliées quand la mairie a recruté des agents pour assainir la ville !", déplore-t-elle. Visiblement dépitée, elle fait remarquer : "Hier, des femmes, membres des groupements, accomplissaient cette tâche gratuitement. Comme ce travail est maintenant lucratif,  le gros lot est revenu aux hommes !" Devant ce qu’elle qualifie "d'injustice", Angélique a fait  savoir son mécontentement aux autorités locales.

 

Active aussi en politique

Un activisme apprécié par les femmes. Pour Nadine Omboli, vendeuse au marché d'Ewo, "Maman Angélique est notre avocate. Son engagement est considérable. Nous lui devons respect et admiration." Un engagement  que les autorités locales reconnaissent elles aussi. "Angélique Kébi est notre fierté. Je n'hésite donc pas, quand l'occasion se présente, à la faire bénéficier de formations (gestion des associations, élaboration de projets, etc.) à Ewo et dans d'autres villes du pays", assure Angélique Onoungou.

A propos des jeunes filles qui délaissent le village et les travaux champêtres pour partir en ville, Angélique Kébi estime que "la ville est souvent un enfer pour nos filles sans métier. Ici, elles peuvent mieux gagner leur vie." Très active aussi sur le plan politique, elle ambitionne de siéger un jour au Conseil départemental de la Cuvette-Ouest. Pour elle, en effet, "plus la femme est présente dans les sphères de décision, mieux sa cause sera  défendue."

Lors des élections locales du 28 septembre dernier, sa candidature n'a toutefois pas été retenue par sa formation  politique, le Parti congolais du travail (PCT) dont elle est membre depuis 2000. Elle était en effet absente d'Ewo au moment de la sélection des candidats par les délégués de son parti. "Ce n'est que partie remise !", promet-elle. Elle aura, le moment venu, sans doute le soutien de bon nombre de femmes, mais aussi d'hommes. Parmi ses premiers supporters, son fils Loïc. A ses yeux, sa mère est "l'exemple des femmes battantes de la Cuvette-Ouest !"

 

Serge Patrick Mankou

Octobre 2014

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com