Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 09:59

(Syfia/CRP) À Brazzaville, des jeunes gagnent correctement leur vie et retrouvent leur dignité en nettoyant les rues. Mis en œuvre par l’Association femme et action, ce projet, associé à d’autres menés notamment par les services municipaux et des particuliers, permet aussi d’assainir la capitale congolaise.

 

Roselle Philodie Ndoungounou, 25 ans, orpheline de père et de mère depuis l’âge de 12 ans, est balayeuse au centre-ville de Brazzaville, devant l’ambassade de France au Congo. Depuis 4 mois, elle exerce cette activité trois fois par semaine, entre 7 et 8 heures du matin, avec 9 orphelines et autres enfants dits vulnérables et 25 autres jeunes. Aujourd’hui, elle est plutôt fière de ce travail, payé 50 000 Fcfa (75 €) par mois, soit l’équivalent du SMIG, qui lui permet d’avoir de l’argent pour ses provisions, ses vêtements et ses déplacements.

Hébergée chez sa grande sœur, Roselle suit en parallèle une formation de couturière. "Au début, ça me paraissait bizarre, mais il n’y a pas de sot métier ! ll fallait seulement me lancer pour gagner quelque chose". Après avoir balayé, elle se rend donc à l’atelier de couture, où elle est en formation depuis un an, dans le cadre du projet Prise en charge des orphelins et autres enfants vulnérables, exécuté par l’Association femme et action. En plus d’un revenu appréciable, Roselle semble avoir trouvé un certain équilibre : "Je me sens de plus en plus autonome et je ne me fais plus trop de soucis sur mon statut d’orpheline".

Financé par la Coopération française à hauteur de 25 millions de Fcfa (plus de 38 000 €), le projet Collecte et transformation des ordures ménagères à Poto Poto II, permet depuis juin 2009 et jusqu’à juin 2011 aux gens de vivre dans un environnement plus propre, grâce aux 200 poubelles installées par Femme et action et ramassées trois fois par semaine par de jeunes collecteurs.

 

Actions complémentaires

Les activités de l’Association complètent celles menées depuis le début de l’année par la société d’économie mixte Pro Brazza dont la mairie de Brazzaville détient 20 % du capital et une société allemande les 80 % restants. Pro Brazza, nous a confié son directeur général, Fayette Mikano, se concentre d'abord sur le centre de la capitale. Une fois cette zone assainie, elle envisage de déployer ses activités dans d’autres quartiers. Sur ce dossier, OSC et autorités semblent travailler main dans la main. Pro Brazza avec ses gros engins s’occupe des grandes artères, pendant que Femme et action s’intéresse à deux quartiers de Poto Poto. Channel Diokamba, coordonnateur du projet de collecte et de transformation des ordures ménagères dans cette zone, souligne que l’action menée par l’Association est en tout cas appréciée par les autorités du 3ème arrondissement qui ont signé avec elle un engagement de collaboration.

Dans le 4ème arrondissement, un particulier contribue lui aussi à assainir la capitale. Eric Malonga, opérateur économique, connu sous le nom de Eric Pressing parce que propriétaire d’un pressing, a installé 50 poubelles sur le tronçon de l’avenue de la Paix, entre le rond-point de Moungali et la commune du même nom. Ses poubelles sont vidées de temps en temps par la société Pro Brazza. "La route avait été bien construite, mais les riverains continuaient à jeter des immondices sur la chaussée et le trottoir. J’ai donc fait ce don l’an dernier à la mairie de Brazzaville", déclare Eric Malonga.

Dans le 6ème arrondissement Talangai, c’est le Pôle des jeunes républicains (PJR), association à caractère sociopolitique, qui a fait un don de bacs à ordures pour assainir l’avenue Marien Ngouabi, sur près de 3 kilomètres. L’arrondissement en a profité pour recruter des balayeurs.

 

 

 

Bertier Batebi

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com