Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 08:48

(Syfia/CRP) Les enfants de la rue ne sont pas irrécupérables. Des associations apportent une aide psychologique à ces victimes de violences dans et à l'extérieur de leurs familles pour qu’ils trouvent ou retrouvent un équilibre.

 

"Jesse a passé cinq ans dans la rue. Nous l’avons hébergé au centre. Il a désiré apprendre la mécanique auto dans un atelier. Aujourd’hui, marié, il est chauffeur mécanicien et possède son propre garage où il forme des gens", se félicite Sorel, éducateur à l’Espace Jarrot, une ONG de Brazzaville. Cette dernière utilise l’écoute pour créer avant tout un climat de confiance avec ces enfants déboussolés. Selon Lionel, psychologue à Médecins d’Afrique, une autre association, l’orientation des uns et des autres se fait en fonction de leurs souhaits. Ces premiers échanges les aident à trouver ou retrouver leur équilibre. "Au cours des compositions du 1er et 2e trimestre, je suis sorti premier de ma classe", se réjouit par exemple Michel, élève de CM2.

Pour un enfant de la rue avoir de quoi manger, un toit pour dormir, un endroit où se faire soigner est vital. Mais, pouvoir parler des souffrances et des traumatismes qui l'ont poussé à quitter sa famille est aussi très important. "Après avoir divorcé de ma mère, mon père s’est remarié avec une autre femme. Cette dernière me maltraitait. Et puis, j'avais difficilement à manger... Je n’avais pas d'autre choix que la rue…", explique Prince. Eddy raconte : "J’ai involontairement incendié la maison de mon père en laissant une bougie allumée sur la table. Je suis ensuite parti. Je vivais en demandant de l’argent aux gens." Une fois dans la rue, ces enfants fragilisés sont soumis à toutes sortes d'autres violences, aveuglés pendant un temps par une illusion d'indépendance. "Je n’aime pas aller dans des centres d’hébergement parce que je n'y suis pas libre. Je suis habitué à prendre le chanvre avec mes amis…", confie Aaron, qui a quitté sa famille depuis trois ans.

 

Écoute, jeux, médiation

La première démarche des ONG spécialisées consiste donc à leur faire comprendre leur intérêt à sortir de ce milieu malsain où ils ont échoué. Adrien Missiri, responsable du centre d’hébergement Cœur immaculé, insiste sur l'importance de l'entretien psychologique pour déceler le problème et proposer une réinsertion adaptée à chacun. Julien Makaya, psychologue à l'ONG Serment universel, évoque la force morale insoupçonnée de ces enfants : "Certains trouvent dans leur malheur des ressources pour rebondir. Ils le transforment en défi de réussite sociale."

Après les avoir écoutés, on recourt à différentes méthodes. Lionel se sert des jeux pour identifier certains symptômes et aider les enfants à extérioriser leurs maux. Bertin Nimi, psychologue à l’association Génération sans risque, utilise aussi des jeux (football, poupées, voitures, devinettes…), le théâtre ou  le dessin. Une fois que les enfants ont retrouvé un certain équilibre, il entreprend une médiation pour favoriser le retour en famille. Pour Bertin, ce travail de réinsertion doit se poursuivre sur le long terme.

Fidel Nkéon, psychologue au centre national de prévention et traitement des traumatismes psychiques, une structure spécialisée du ministère des Affaires sociales qui reçoit aussi des enfants de la rue, résume la philosophie commune de toutes ces interventions : "Notre objectif est d’aider les patients à retrouver l’équilibre".

Jean Thibaut Ngoyi

Mai 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com