Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 09:26

(Syfia/CRP) À Brazzaville, Roselle Ndoungounou, orpheline de père et de mère, a appris un métier, gagné une indépendance financière et retrouvé sa joie de vivre. Elle rêve demain d’ouvrir son atelier de couture et d’embaucher à son tour des orphelines.

 

Assise derrière sa machine à coudre, Roselle Ndoungounou, 25 ans, a les yeux fixés sur la camisole qu’elle est en train de confectionner. Elle a été formée à la couture par Femmes et Actions, une association créée en 1998, qui lutte contre la pauvreté et mène des actions de prévention contre le sida et le paludisme. Chaque jour, elle reçoit ses clients le sourire aux lèvres, oubliant ses souffrances d’autrefois. "Elle fait très bien son travail, nous l’apprécions beaucoup", déclare une cliente. Une reconnaissance et une bouffée d’oxygène pour cette orpheline dont la mère est morte d’un cancer et le père du diabète en 1996. Elle avait alors 12 ans. "Je me sens maintenant utile, j’ai retrouvé ma joie", se félicite la jeune femme.

À Poto-Poto, dans le 3e arrondissement de Brazzaville, plusieurs jeunes, filles et garçons, apprennent des petits métiers et parviennent ensuite à s'assumer. Certains n’ont jamais été à l’école ou l'ont quittée très tôt et apprennent le métier de leur choix. D’autres sont aidés pour reprendre leurs études. À la mort de ses parents, Roselle a ainsi été obligée d’abandonner l’école par manque de soutien financier. Femmes et Actions, l’a l’insérée dans le projet "Prise en charge des orphelins et autres enfants vulnérables". "J’aime coudre tous les modèles et habiller les autres", confie-t-elle.

 

Libre grâce à la couture

Le programme dont elle a bénéficié a pour but de prendre en charge les orphelins et les enfants dont les parents n’ont pas assez de moyens. Financé par la Banque mondiale, il a été lancé en 2008 par le Conseil national de lutte contre le sida (CNLS), avec l’appui notamment de plusieurs Ong congolaises. En 2008 et 2009, 350 enfants ont été réinsérés à l’école à Brazzaville et 22 ont été formés à la coiffure, la couture, la mécanique auto et l’informatique. Aujourd’hui, la plupart de ces derniers ont été embauchés par Femmes et Actions. "Ils gagnent leur vie dans les ateliers où ils ont été formés et sont payés entre 60 et 90 000 Fcfa par mois (entre 90 et 135 €, alors que le Smig est fixé à 50 000 Fcfa, soit environ 75 €, Ndlr)", explique Gaspard Gama, le coordonnateur du programme.

Ces jeunes s’en sortent plutôt bien, mais, pour des raisons financières, ils sont peu nombreux à bénéficier de ce programme qui ambitionnait au départ d’en former 500 dans cet arrondissement et 1 500 sur l’ensemble du pays. L’exemple de Roselle est en tout cas encourageant. Dalton Malonga, son formateur, explique : "C’est une fille qui fait très bien son travail. Au début, elle avait des difficultés pour s’adapter, mais elle a acquis beaucoup d’expérience. Elle a de l’avenir dans la couture !"

Cela tombe bien, la jeune femme est bien décidée à poursuivre son chemin dans ce métier après avoir reçu comme tous les autres apprentis au terme de sa formation, un kit complet (machine à coudre, ciseaux, accessoires). "Grâce à la couture, je gagne 50 à 60 000 Fcfa par mois (75 à 90 €). Je suis indépendante financièrement. Je me sens libre. Je couds aussi mes propres habits", se félicite-t-elle. Demain, elle espère ouvrir sa propre maison de couture et "embaucher d’autres orphelines".

El-Staël Enkari

 

Novembre 2009

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com