Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 13:18

(CRP/Syfia) La ministre des Affaires sociales a dernièrement envisagé la création d'un fond documentaire en braille à la bibliothèque de l'Université Marien Ngouabi de Brazzaville. Une promesse qui, si elle se concrétisait, permettrait aux étudiants malvoyants de ne plus dépendre des auxiliaires valides.

 

"Nous suivons les personnes avec handicap dans tous les aspects de leur vie, notamment quand elles étudient", a assuré la ministre des Affaires sociales, Mme Emilienne Raoul. En tant que présidente du comité de suivi du Plan d'action national 2009-2019 adopté en faveur des personnes handicapées, elle a par ailleurs souligné la nécessité de créer un fond documentaire en braille à la bibliothèque de l'Université Marien Ngouabi de Brazzaville.

Une promesse faite en mars dernier, lors de la soutenance de Dieudonné Mbimi, étudiant malvoyant à la Faculté des lettres et des sciences humaines (FLSH), en filière documentation. Cet étudiant a finalement obtenu sa maîtrise avec une note de 17 sur 20 et une mention très bien : "Au Congo, les livres transcrits en braille n'existent pas. Dans mon travail de recherche, je devais toujours être accompagné d'un voyant. Moyennant certains jours parfois 1 000 Fcfa (1,5 €), il me faisait la lecture et moi, j'enregistrais. Je transcrivais ensuite le script, en braille…"

La création d'un fond d'environ 300 manuels faciliterait la tâche à d'autres étudiants comme lui. "Un jour de révision, mon auxiliaire m'a abandonné en pleine lecture… Ce genre de difficultés doublait mon handicap", se souvient Baurel Mioko, ancien 1ère année à la FLSH, qui, découragé, a fini par quitter l’Université. "Nous disposons actuellement d'un certain nombre d'ouvrages qui peuvent constituer ce fond documentaire", estime le directeur de la réadaptation au ministère des Affaires sociales, Georges Biakabakana, qui évoque aussi la possibilité d'avoir recours à des apports extérieurs (Union européenne, Unesco, etc.).

 

"Faire pression poliment"

En plus de la bibliothèque, d’autres types d’information peuvent s’obtenir grâce à Internet pense M. Biakabakana : "Actuellement, l'ONG Viens et Vois, avec qui nous collaborons, a un cyber café. La synthèse vocale a déjà été installée sur les ordinateurs. Il ne reste que l'achat des casques et d'autres équipements pour rendre ce cyber fonctionnel." Emerson Massa, président de cette ONG, abonde dans le même sens : "Il faut donner une formation supplémentaire dans le domaine informatique aux étudiants malvoyants sortant de l'Université pour qu'ils gèrent des bibliothèques avec des personnes valides."

En attendant, le ministère des Affaires sociales affirme prendre déjà en charge les études des personnes handicapées pendant quatre ans, en payant notamment leurs frais d'inscription, leurs transports et leurs fournitures scolaires. Ce qui fait dire à Rostand Sita, premier étudiant malvoyant détenteur d'un maîtrise en 2008 (filière documentation) : "Mme Raoul a toujours été notre marraine. Mes études universitaires m'ont apporté la considération au niveau de la famille et de la société, surtout depuis mon intégration au ministère des Affaires sociales où j'ai été nommé chef de service de la scolarité." Rostand invite donc à présent les étudiants à "faire pression poliment sur la ministre, en commençant par former une délégation pour la rencontrer." A l'heure actuelle, 6 étudiants malvoyants poursuivent leurs études à l’Université (5 à la FLSH en Sciences et techniques de la communication et 1  en Histoire).

Le Plan d’action national pour les personnes handicapées, approuvé par le gouvernement congolais le 18 juin 2009 pour la décennie 2009-2019, émane du Plan d’action continental adopté en 1999 à Alger par la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine. Il ambitionne de promouvoir la pleine participation, l’égalité et le renforcement de l’autonomie des personnes handicapées en Afrique. Il vise en particulier à mettre en place une éducation inclusive dès le bas âge, des enfants handicapés inscrits dans la même école que les valides et non dans des établissements spécialisés. Tout en mettant à leur disposition des manuels, un enseignant pour leur suivi, etc. pour les accompagner. Le fond documentaire en braille annoncé à Marien Ngouabi serait donc non seulement utile, mais aussi conforme aux engagements pris par la République du Congo.

 

Flore Michèle Makoumbou

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com