Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 09:05

(CRP/Syfia) A Brazzaville, de plus en plus d'adolescentes abandonnent leurs études pour élever leurs enfants. La disparition des cellules gratuites d’écoute dans les écoles et l'ignorance des méthodes contraceptives compromettent les destins de ces trop jeunes mamans... Travailleurs sociaux, OSC et autorités tirent la sonnette d'alarme.

 

"Je vivais chez ma tante paternelle quand j'ai su que j'étais enceinte. J'avais alors 15 ans", témoigne Nathalie*. Âgée aujourd'hui de 18 ans et élève en Terminale au lycée agricole de Brazzaville, elle se souvient avoir été renvoyée chez son père. Elle entrait alors au lycée : "Chez lui, je devais faire toutes les corvées ménagères et m'occuper de mes cinq frères et sœurs. En classe, j’étais épuisée. Mon travail scolaire a commencé à s'en ressentir, alors que j’étais avant parmi les meilleurs élèves. Le directeur, avec l’accord des enseignants, était prêt à me renvoyer. Mais, l'assistance sociale est intervenue et j'ai obtenu une bourse de 45 000 Fcfa (près de 70 €) par trimestre."

"Avec le lycée technique, nous sommes parmi les seuls établissements à avoir des cellules d’écoute. Nos élèves sont pour la plupart issus de parents de paysans pauvres. D’où ces aides sociales pour les inciter à finir leur cursus", précise madame Bemba, la cinquantaine, assistante sociale au lycée agricole.

Un appui que Mireille, 19 ans, n'a pas eu : "Sur incitation de ma meilleure amie, j’ai eu des relations sexuelles non protégées… Je suis tombée enceinte à 14 ans. J'étais alors en 4ème. Une erreur que je regrette amèrement…" Abandonnée par son petit ami et "sans soutien de mes parents, j'ai été obligée d’aller vendre au marché. Cela me permet de m’occuper de mon enfant", explique la jeune maman. Elle loge pour l'instant chez son grand-père et espère économiser assez d’argent pour apprendre le métier de coiffeuse.

 

Retour des cellules d'écoute ?

Au Congo Brazzaville, les mésaventures de Mireille ne sont pas isolées. Ainsi, si le taux de scolarisation des filles est de 52 % au primaire, il chute à 39 % au secondaire en raison de la pauvreté des parents, mais aussi des mariages et maternités précoces. Une évolution inquiétante, qui devrait d'autant plus interpeller les autorités, que 2013 a été déclarée par le président de la République "Année de l’éducation".

Plusieurs travailleurs sociaux, OSC et autorités espèrent ainsi le retour rapide des cellules gratuites d’écoute. Entre 1979 et le début des années 1990, chaque collège et lycée dit étatique était doté de ce dispositif grâce auquel les adolescentes discutaient avec des assistantes sociales. "Mais, cela a été a supprimé à la suite des nombreux conflits que le Congo a connus. Aujourd'hui, quelques cellules se rétablissent. Mais, la grande difficulté reste les fonds alloués à ces initiatives", fait savoir madame Sona, assistante sociale au collège de Kinsoudi (quartier sud de Brazzaville), admise à la retraite. Raphaël E. Akoli, agent du ministère des Affaires sociales et de la solidarité a dernièrement réalisé une étude sur les filles mères et la réouverture de ces cellules. Il espère que son travail sera apprécié par sa ministre de tutelle, afin dit-il, "que nous bénéficions des fonds essentiels pour nous mettre à l’ouvrage". Il explique : "La présence des assistantes sociales dans les écoles est impérative, car, à notre niveau, nous ne faisons pas de prévention. Les adolescentes qui viennent nous voir ont déjà abandonné les cours et cherchent de nouvelles issues pour s’insérer très vite dans la vie professionnelle."

 

Sous-informées et déjà enceintes…

De son côté, l'Association congolaise pour le bien-être familial (ACBEF), première ONG au Congo à dispenser des services de santé sexuelle et reproductive, a crée un centre pour les jeunes et des services de proximité à Brazzaville. Cette association est débordée par des femmes et des adolescentes qui n'ont pas toujours les moyens de payer la consultation. Madame Léandre, assistante sociale, précise : "En général, nous avons un petit fonds pour aider les plus démunies." Insuffisant pour faire face à l'afflux de très jeunes femmes sous-informées. "Près de la moitié de nos patientes sont des adolescentes. Elles viennent se renseigner sur les méthodes contraceptives, mais elles sont nombreuses à se lancer dans l’activité sexuelle sans prendre avant leurs précautions...", déplore une infirmière à l’ACBEF.

"Au cours des examens gynécologiques de routine, on découvre que la mineure est enceinte, alors qu'elle est venue se renseigner... Beaucoup disparaissent après la consultation, quand je demande à voir leurs parents", confirme Michelle Kizonzi, infirmière au Centre de santé intégré (CSI) à Kinsoudi. Elle ajoute : "Chaque jour, nous recevons environ dix filles venues des établissements environnants. Parmi elles, au moins quatre sont enceintes. Elles ont, généralement, entre 14 et 17 ans..."

Pour Raphaël E. Akoli, rouvrir des infirmeries ou cellules d’écoute dans les collèges et les lycées est donc plus que jamais urgent : "Si l'adolescente est informée sur sa sexualité, elle saura la maîtriser, ne tombera pas enceinte et dépassera le cap du lycée sans problèmes !"

 

Annette Kouamba Matondo

*Prénom d'emprunt

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com