Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 08:35

(CRP/Syfia) Grâce à son artisanat, Marguerite Banza, handicapée moteur, subvient à ses besoins et à ceux de certains proches. Dans son atelier de Brazzaville, elle forme des filles valides et handicapées.

 

Assise sur son tricycle-moteur, Marguerite Banza, la quarantaine révolue, partage ses journées entre confectionner des paniers multicolores (aux couleurs des drapeaux de différents pays) et vendre des tricots, draps et brassières réalisés dans son atelier de couture à Brazzaville. 

Résolument dynamique, Marguerite est présidente de l’Organisation des jeunes filles  démunies et des handicapées  pour la promotion des produits de  l’artisanat (OJFDHPPA). Depuis 2005, elle anime un atelier pour une vingtaine d’apprenantes, valides ou handicapées, issues de familles pauvres. "Elles assimilent le métier en confectionnant des sacs. Je prélève le capital pour maintenir l’atelier et les bénéfices leur reviennent", résume-t-elle.

Toutefois, au quotidien, les difficultés ne manquent pas. En particulier  depuis la  mort en 2012 de Robert Rive, un de ses partenaires de l’association française Ariège Pyrénées : "Ce décès a tout bousculé. Le travail ne marche plus aussi bien. Je n’ai plus de moyens pour déplacer la majorité des apprenantes jusqu’au lieu de travail."

Marguerite Banza a donc été contrainte de se tourner davantage vers l’artisanat en macramé à partir de fils en nylon, plus rentable : "Lors des expositions, ce genre de paniers attirent  beaucoup plus que les produits brodés ou tricotés. Je trouve ainsi quelque chose à me mettre sous la dent. Les prix des paniers varient de 5 000 à 20 000 Fcfa (de 7,5 à 30 €)",fait-elle savoir. Helmiche, une de ses apprenantes, confirme que les débouchés sont prometteurs : "J’ai ouvert une boutique très appréciée par la clientèle. Je réalise à mon tour mes propres modèles."

 

"Femme téméraire"

De son côté, avec les revenus de ses produits, Marguerite la battante subvient aux besoins de ses proches. "C’est une femme téméraire qui ne recule devant rien, en dépit de son état. Elle assure certains besoins de la maison, notamment le loyer et la popote", admire sa sœur  Véronique Banza.

Sa reconnaissance n’est pas seulement financière, puisque, grâce aux objets d’art qu’elle fabrique, Marguerite a participé en 2013 à Brazzaville à la 2e édition du Salon national des inventions, des produits de l’industrie et de l’artisanat : "J’ai  présenté des sacs à base de fibres en nylon. Or, il fallait les faire avec d’autres fils... Ce n’est que partie remise. Tôt ou tard, je dois gagner !"

La direction de la Maison de la femme a trouvé une parade pour encourager Marguerite et les autres pas encore récompensées : "Nous avons prévu de racheter les invendus de celles qui exposent dans notre Maison à l’occasion des différentes fêtes en l’honneur des femmes (journée internationale du 8 mars, festivités de l’indépendance du 15 août, Ndlr)", fait savoir Joséphine Tsiba, directrice de cette structure à Brazzaville. Pour sa part, le ministère des Affaires sociales accorde une aide aux handicapés constitués en associations ou organisations, assure Roland Christel Sita, chef de bureau à la scolarisation des Affaires sociales et de la prise en charge des personnes vivant avec handicap (PVH).

Pour l’heure, ne comptant que sur elle-même ou presque et "même si l’argent fait défaut",  Marguerite rêve de "construire un grand atelier" pour exposer ses produits et se faire connaitre.

Flore Michèle Makoumbou

Octobre 2014

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com