Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 13:40

(Syfia/CRP) Depuis décembre dernier, des élèves d'un lycée de Brazzaville dénoncent, grâce à un numéro de téléphone mis en place par une association, le harcèlement sexuel de leurs professeurs et s'informent sur les lois. Petit à petit, les langues se délient.

 

"C'est devenu mon numéro de référence. Je passe beaucoup de temps à discuter avec la réceptionniste. Je pose des questions sur le harcèlement et les violences faites aux femmes", confie M., 18 ans. Élève de Terminale au lycée Savorgnan de Brazza, à Brazzaville, elle donne aussi ce numéro à ses amis. Une façon pour elle "de faire bloc face aux potentiels agresseurs". Une autre lycéenne du même établissement, âgée de 17 ans, explique de son côté : "J'appelle quand j'ai des doutes sur un article de loi. Je demande qui contacter quand on est victime de harcèlement. La réceptionniste sait toujours comment me répondre."

Depuis décembre dernier, Dynamique Plurielle a communiqué à un échantillon de 256 élèves de ce lycée un numéro de téléphone pour dire non au harcèlement. Les élèves appellent ou envoient des textos. Un franc succès. "La permanence reçoit en moyenne 40 appels par jour. Nous en recevons parfois jusqu'à deux heures du matin !", se réjouit Mirna, membre de l'association. Même si aucun cas de harcèlement n'a été signalé à ce jour, cette animatrice est bien décidée à créer d'ici quelque temps une maison d'écoute au sein de l'établissement pour "recevoir instantanément les victimes."

Au lycée Savorgnan de Brazza, des concours sont également organisés à destination du même échantillon d'élèves. Ces derniers doivent retrouver un chapitre, un titre ou un article de loi. "Un professeur qui met enceinte une élève de moins de 21 ans et que les parents ne reconnaissent pas comme son futur époux, risque six mois à trois ans de prison et/ou une forte amende", rappelle Mirna.

 

Un numéro aussi à l'université ?

L'animatrice reconnaît cependant les limites du numéro de téléphone mis en place et de l'application de la loi en général. "L'association étant impliquée dans l'établissement, les potentiels agresseurs entretiennent des rapports normaux de professeur à élève. Ils ont peur de se faire prendre dans les mailles de notre filet." Les professeurs ont eux aussi été sensibilisés, mais, comme le souligne Mirna, le réel problème réside chez les victimes : "La peur reste le plus grand frein. Beaucoup de lycéennes préfèrent garder le silence. Elles craignent des représailles ou d'être montrées du doigt."

Arlette Raymonde Bakou, attachée de coopération au ministère chargé de la Promotion et de l'intégration de la femme au développement, juge cette attitude "dangereuse, car les coupables restent impunis".Elle ne se voile pourtant pas la face : "Les lois existent, mais leur application est un réel problème, car le harcèlement sexuel est encore un sujet tabou."Elle applaudit les efforts de Dynamique Plurielle pour "vulgariser la loi" : "Une manière de pousser les jeunes filles à briser le silence."

Forte des premiers résultats obtenus, l'association communiquera un numéro de téléphone similaire dans un autre lycée, à partir de mars prochain. Des étudiantes souhaitent que l'expérience s'étende bientôt à l'université. "Ma meilleure amie a repris trois fois sa première année, puis a décidé de tout laisser tomber pour ne plus subir le harcèlement et les foudres de notre professeur", révèle une étudiante de la faculté des lettres et des sciences humaines de l'Université Marien Ngouabi de Brazza.

 

Annette Kouamba Matondo

Janvier 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com