Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 10:08

(Syfia/CRP) Depuis un an, une trentaine d’aveugles et de malvoyants, formés en agriculture et réunis autour d’une association, cultivent un champ de manioc de deux hectares. Ils y gagnent des revenus, de l'autonomie et de la considération de la part des voyants.

 

"Cultiver le manioc, ce n’est pas seulement l'affaire des voyants !", lance Emerson Massa, un aveugle, diplômé sans emploi reconverti avec bonheur dans l'agriculture. Regroupés en association, une trentaine d'aveugles et de malvoyants cultivent depuis un an le manioc sur deux hectares à Nkouo, un village situé à près de 90 km au nord de Brazzaville.

N’ayant exercé aucune activité auparavant, ces jeunes se sont assez naturellement tournés vers les métiers de la terre. Leur principale motivation : être autonomes et ne plus avoir à aller tout le temps acheter des légumes au marché. Ils se sont donc inscrits à une formation financée par la Mission évangélique braille de Suisse sur les techniques agricoles et comment devenir agriculteur en étant aveugle. Dieudonné Mbimi, un de ces malvoyants cultivateurs, explique : "Cette expérience, nous a permis d’aller au-delà de la ville pour enfin cultiver le manioc."

Le produit de ces champs, cultivés par les aveugles, est aussi pour eux. Ils vendent une partie de leur récolte à Brazzaville et consomment le reste. "40 % des revenus de la vente reviennent à l’ONG, pour financer d’autres projets (doublement de la surface du champ de manioc, Ndlr). Les 60 % restants assurent des revenus (40 000 Fcfa, 60 € environ, par personne et par mois) aux malvoyants pour subvenir à leurs besoins", précise Emerson Massa, par ailleurs président de l’ONG Viens et Vois.

Au champ, les aveugles ne sont pas seuls. "Nous sommes assistés par des valides qui nous préviennent par exemple s'il y a un serpent. Ces gens donnent bénévolement de leur temps et de leur énergie. Ils sont sensibles à notre cause et facilitent notre travail", apprécie Moukouyou, secrétaire général de Viens et Vois. Ce que confirme Armel Okoueke, voyant, qui accompagne souvent les amis de cette association dans leur plantation : "Nous collaborons facilement, car nous sommes habitués à travailler ensemble. Nous leur servons de guide". Cette aide, Armel dit la prodiguer par amour ; pour lui c’est une manière de contribuer à une initiative louable.

Eve-Evelyne, interrogée en train d'acheter du foufou, après s'être tout d'abord étonnée des personnes qui le lui vendent, partage cet avis. "Cette une démarche à encourager. Je ne discute donc pas trop sur les prix des sacs. C'est pour moi une manière de la soutenir."

 

Redonner le goût de la terre aux jeunes

Pays à vocation agricole selon le ministère chargé de l’Agriculture ("Une graine jetée sur n’importe quelle partie du sol congolais germe toujours"), le Congo, depuis que l’exploitation du pétrole a démarré dans les années 70, ne mise presque plus que sur l'or noir. Le pays n'exploite que 2 % de ses terres arables pour l’agriculture... Selon la FAO, le Congo importe chaque année 130 milliards de Fcfa (198 millions €) de denrées alimentaires. L'équivalent de la masse salariale annuelle du pays...

Pour tenter de remédier à ce dangereux déséquilibre pour la sécurité alimentaire et les finances de l'État, le gouvernement a lancé la construction de villages agricoles où seront recrutés des jeunes qui cultiveront sur place. Un soutien matériel (houe, arrosoir, pelle, engrais) et financier par exemple pour l'achat de boutures de manioc et la location de terres est promis à toute personne ou organisation qui se lancera dans ce domaine. La clôture de dépôt des dossiers aura lieu en septembre.

Selon Brice Aristide Benza, assistant en communication au Fonds de soutien à l’agriculture (FSA), une direction du ministère de l’Agriculture et de l’élevage, l’activité de Viens et Vois s'inscrit dans une des priorités du FSA, le développement des plantes à tubercules pour la consommation nationale. Comme d'autres associations, cette ONG pourrait donc à terme obtenir un financement.

 

Marien Nzikou-Massala

Juin 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com