Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 10:37

(Syfia/CRP) Des personnes handicapées apprennent à des valides en difficulté (orphelines, chômeurs) divers métiers qui leur permettent de sortir eux aussi du cercle de l’exclusion et de décrocher plus facilement du travail.

 

"Depuis deux mois, je me débrouille toute seule dans mon atelier de couture. Avec ce que je gagne, je prends notamment en charge l’alimentation et les frais médicaux de mes enfants", se félicite Cécile Bantsimba. Cette Congolaise valide de 28 ans a appris la couture pendant quatre ans dans l’atelier de Diane Fouidingoudi, une handicapée moteur à peu près du même âge. Blandine Massala, élève couturière chez Diane, ajoute : "C’est mieux d’apprendre avec une personne handicapée, car elle comprend nos difficultés. Nous sommes souvent rejetés comme elle."

Depuis 2004, Maman Diane, que ses élèves âgées de 13 à 40 ans appellent aussi "Maîtresse", a ainsi formé une dizaine d’orphelines. Comme Cécile, deux autres apprenties s’apprêtent, elles aussi, à ouvrir leur atelier. Après avoir manqué son baccalauréat, Diane s’est lancée dans la couture, puis a acquis une certaine renommée dans son quartier. Elle connaît bien la situation de celles qu’elle aide, car elle-même a perdu ses deux parents. "Par manque de soutien moral et matériel, les orphelines ont du mal à se nourrir, s’habiller et à aller à l’école. À plus forte raison, trouver de l’argent pour apprendre un métier... Je m’investis pour leur redonner espoir ", déclare Diane, qui fait payer 50 000 Fcfa (75 € environ) à chaque élève pour une formation de deux ans renouvelable.

De son côté, Ange Sabou Nganga, handicapé moteur, chef d’un atelier de vannerie situé dans l’enceinte de l’Union nationale des associations des personnes handicapées du Congo (Unhaco) est lui aussi un formateur. Il se souvient en particulier d’un valide qui a ouvert depuis son propre atelier de vannerie. Sylver Maboundou, aujourd’hui encadreur dans un centre d’apprentissage d’anglais et d’espagnol, se souvient pour sa part de Jean-François Mitouhouidi Nganga, président d’une association de handicapés moteurs du Congo, grâce à qui il maîtrise aujourd’hui ces deux langues : "Depuis 4 ans, j’ai ouvert mon centre d’encadrement. Je parviens ainsi à nourrir mes deux enfants et payer mon loyer."

 

La loi plutôt que la pitié

Jean-François Mitouhouidi Nganga insiste sur le rôle des handicapés, membres à part entière de la société et qui contribuent souvent, eux aussi, à son épanouissement. Plutôt que la pitié, il demande l’application de la loi de 1992 portant statut, protection et promotion des personnes handicapées. Selon M. Mitouhouidi, la fonction publique emploierait près de 2 500 d'entre elles. Nombreuses sont les autres à se battre au quotidien pour aller à l’école, se former et trouver du travail.

Dans le cadre du Plan d’action de la Décennie africaine des personnes handicapées, les ministères des Affaires sociales, de l’Enseignement technique et professionnel et de l’Artisanat, avec l’appui de l’Unesco, ont mis en œuvre l’an dernier un projet de formation et d’insertion de jeunes. Selon un agent de la direction générale des personnes handicapées du ministère des Affaires sociales, 16 garçons et 14 filles (8 déficients auditifs et 22 handicapés moteurs), ont été formés, à Brazzaville, à la couture, la coiffure, la maroquinerie, la vannerie, etc. : "Depuis la fin de leur formation, ces jeunes s’en sortent tant bien que mal et se prennent en charge."

 

Bertier Batebi

 

 

 

 

 

 

Octobre 2009

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com