Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 07:15

(Syfia/CRP) Originaire du Congo Brazzaville, le conteur Abdon Fortuné Koumbha Kaf aime partager sa passion. Ces dernières années, il a crée une association, un festival international et formé quinze jeunes à ce métier. Une première vague en attendant que les arts verbaux refassent véritablement surface dans le pays.

 

"Au départ, le conte a été pour moi une thérapie. J’avais 9 ans quand j’ai perdu ma mère. Pour nous aider à oublier sa mort, papa nous racontait des histoires", se souvient Abdon Fortuné Koumbha Kaf, 40 ans, président de l’association culturelle Espace Tiné.

Au fil des années, la passion d’Abdon a grandi. Influencé en 1998 par Gabriel Kinsa, un conteur kinois, il se lance dans ce métier. En 2001, il participe aux 6e Jeux de la francophonie au Canada. "J’ai remporté la médaille d’argent. Deux ans après, je suis retourné à Brazzaville animer un stage et façonner des conteurs pour valoriser cet art qui tend à disparaître de nos traditions ", raconte l’intéressé. Selon lui, il n’existe au Congo ni école, ni centre de formation spécialisé. "Les jeunes sont stupéfaits et heureux. Grâce au conte, ils découvrent des choses !", se réjouit l’artiste formateur.

Deux ans après avoir fondé Espace Tiné en 2003, Abdon crée RIAPL (Rencontres itinérantes des arts de la parole et du langage) : "On ne s’enrichit qu’en regardant l’autre… Pendant ce festival, nous invitons des conteurs étrangers à Brazzaville pour échanger. Ils animent des formations." Pour Ulrich Ntoyo, 32 ans, membre d’Espace Tiné cette ouverture n’est pas un éloignement par rapport aux racines, au contraire : "En amont, chaque année, nous collectons des contes et des proverbes dans des villages pour essayer de renouveler nos répertoires. Il faut tenter de sauver cette richesse !"

 

Nouvelle génération de conteurs

Au total, Abdon estime avoir formé quinze jeunes conteurs congolais qui vivent à présent de leur art. Sa méthode semble fonctionner : "Pendant cinq jours, à raison de sept heures par jour, je leur donne des astuces et des techniques. Ensuite, nous regardons ensemble comment partir d’un conte pour lui donner vie, comment trouver son propre style, son genre et sa voix." Le formateur ne compte pas s’arrêter là : "Ces jeunes défendent les couleurs du Congo, mais il faut continuer à travailler dur pour rehausser le conte."

Jules Quevin, 30 ans, explique qu’Abdon est son modèle, car c’est grâce à lui qu’il est devenu un artiste : "J’aime le conte, il me donne une autre vision de la société. Il me permet d’être en relation avec la tradition et de garder cette richesse culturelle en moi à travers la parole." Toujours aussi passionnés, la plupart des apprentis formés par Abdon vivent aujourd’hui à l’étranger et sont admirés pour leur art de raconter. A l’image de Fine Poaty, 27 ans, résidante en France : "Je suis éprise de ce métier. Je ne fais que ça. En 2010, j’ai participé à un projet qui a regroupé plusieurs conteurs d’Afrique et d’Europe."

Selon le traditionnaliste Auguste Miabeto, les arts et jeux verbaux existent encore à l’école, mais ne sont plus enseignés comme avant, quand les jeunes pouvaient espérer se lancer dans cette carrière au terme de leurs études. Maxime Foutou, cadre au ministère de la Culture et des arts, estime qu’il faut repenser à la manière d'aider le conte à refaire surface à l’école pour redonner de la valeur aux arts verbaux et y intéresser les enfants.

 

Jean-Thibaut Ngoyi

Juin 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com