Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 08:52

(Syfia/CRP) Grâce à la mobilisation d’associations spécialisées, de plus en plus de Congolais comprennent l’importance de donner leur sang et en profitent pour faire gratuitement leur bilan de santé. Insuffisant, à l’heure actuelle, pour satisfaire la forte demande des hôpitaux.

 

"Ma femme est morte à l’hôpital de Talangaï", confie Jean, en larmes. Comme son épouse, bon nombre de Congolais meurent ainsi par manque de sang pendant des accouchements, des interventions chirurgicales, ou à la suite d’accidents et d’anémie. Les statistiques du Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Brazzaville ont enregistré, en 2008, 96 décès par manque de sang et 179 en 2009. "Jusque-là, nous arrivons à couvrir un tant soit peu le besoin des patients. Mais, nous sommes préoccupés par la situation des négatifs (rhésus, Ndlr) qui manquent dans les hôpitaux", reconnaît Maurice Yoka, chef de service technique au Centre national de transfusion sanguine (CNTS).

Docteur Bounzeki, pédiatre à l’hôpital de base de Makélékélé, insiste sur le fait que le sang est utilisé dans tous les services de la médecine. Beaucoup de gens en ont donc besoin. Dans les hôpitaux, les banques de sang sont insuffisamment approvisionnées. Pour tenter de mieux satisfaire la demande, l’Association congolaise des donneurs de sang bénévoles (ACDSB) parle dans des églises, des casernes, etc. de l’importance de donner son sang. Quand les structures l’acceptent, l’équipe du CNTS passe pour la collecte.

 

Volontariat, anonymat, bénévolat

"Je donne mon sang depuis 1998. J’ai pris cet engagement pour sauver des vies", confie l’abbé Fred Mbemba, vicaire de la paroisse des Martyrs de l’Ouganda. Certains croyants ont des convictions radicalement opposées. "Nous avons eu une patiente Témoin de Jéhovah. Elle et son conjoint ont refusé que des médecins la transfusent. Elle a succombé le même jour…", témoigne une stagiaire au CHU. La plupart des Congolais sont cependant plus ouverts sur la question. Léa, une malade rencontrée à l’hôpital de Makélékélé, explique : "On m’a opérée et on m’a transfusée avec deux poches de sang de 400 millilitres pour que je survive." De son côté, Didier, explique : "J’ai déjà donné mon sang plus de cinq fois. Auparavant, j’ai subi des opérations au cours desquelles on m’avait transfusé. Depuis, je trouve utile de faire ce don."

Le don du sang repose sur trois grands principes : le volontariat, l’anonymat et le bénévolat, selon Richard Mpeka, chargé de la sensibilisation à la Croix-Rouge congolaise (CRC), qui précise que le donneur doit avoir entre 18 et 60 ans. Le médecin s’assure que ce dernier n'est pas porteur d'une maladie et contrôle notamment sa tension. "Nous prélevons entre 350 à 400 millilitres", précise Guy Elenga, agent au CNTS. Selon les estimations de ce Centre, on compte 5 000 donneurs à Brazzaville. Ils seraient plus nombreux ces dernières années, car de plus en plus de gens prennent conscience de l’importance de ce geste et en profitent pour faire gratuitement leur bilan de santé.

Une évolution encourageante, mais aux résultats encore insuffisants. "Nous avons fait des efforts pour passer de 28 % (des besoins, entre 2000 et 2008) à 36 % (en 2009) d’unités de sang fournit par des donneurs. Notre mission est d’atteindre l’objectif (fixé à l'ensemble des pays, Ndlr) par l’OMS (au moins 80 %) d’ici 2012", fait savoir Michel Mizère, président de ACDSB. "Dans notre plan d’action 2010, nous avons prévu de mettre en place au moins deux clubs de donneurs bénévoles pour qu’il y ait en permanence du sang dans des hôpitaux", révèle Rosalie Likibi, directrice nationale de la santé et de l’action sociale à la CRC. Le manque de moyens matériels et financiers reste le problème majeur des associations. "Notre appui à leur égard consiste à les former à mieux gérer leurs structures, afin qu’elles aient beaucoup d’adhérents et les fidélisent pour atteindre l’objectif de l’OMS", précise une responsable du ministère de la Santé.

 

Jean Thibaut Ngoyi 

Avril 2010 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com