Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 12:59

(CRP/Syfia) Habitués aux dons et aux promesses, les jeunes votent pour les candidats les plus offrants. Bon nombre de ces derniers s’érigent en assistants sociaux et se détournent de leur véritable rôle de députés.

 

"Un candidat nous a promis des voyages d’études à l’étranger et des facilités de voyages d’affaires pour les commerçants. J'ai voté pour lui à cause de cela ! Aujourd’hui, il est député et n’a tenu aucune de ses promesses", déplore Aymerick Ngoyi, président des étudiants du campus I de l'Université Marien Ngouabi de Brazzaville. En 2007, alors étudiant en première année, poursuit-il avec amertume, "je n’étais pas averti. Je ne connaissais pas le rôle d’un député. Je me suis fait tromper facilement".

Comme Aymerick, certains jeunes, trompés dans un passé récent, assurent faire dorénavant attention. D'autres, par contre, minimisent ou méprisent toujours les candidats qui viennent les voir sans argent, quand bien même ceux-ci auraient de bons projets à leur proposer. "Si un candidat pauvre est élu, il pensera d’abord à son ventre ! Nous ne pouvons pas voter quelqu’un pour qu’il vienne s’enrichir sur notre dos", soutient Liem Missie, un autre étudiant. Christelle, jeune fille-mère, est du même avis : "Si un candidat vient les mains vides, on ne le recevra même pas ! On ne votera pas pour lui, parce que soit c'est un égoïste, soit c’est un aventurier. Pour être voté, il faut être riche, gentil et faire des dons aux gens qui souffrent."

Gloire Yelesset, étudiant syndicaliste essaie de recentrer le débat : "Le rôle du député n’est pas de faire des dons ou de construire des routes. Il propose et vote des lois et pousse le gouvernement à travailler pour le bien-être du peuple. Il poursuit, en nuançant son propos. En tant que bienfaiteur, il peut toutefois venir en aide aux populations démunies..."Pourtant, la Constitution du 20 janvier 2002 (art. 89) se limite aux attributions suivantes : "Le parlement exerce le pouvoir législatif et contrôle l’action de l’exécutif".

 

"Assistant social ou entrepreneur"

Pour Léon Juste Ibombo, en charge de la communication et de l’éducation à la Commission nationale de lutte contre la corruption, la concussion et la fraude, "le député (…) ne devrait pas donner d’argent aux populations pendant la campagne électorale. C’est de la corruption. La campagne, estime-t-il, est un combat idéologique". La loi électorale de 2001 ne dit pas si les candidats peuvent ou pas faire des dons aux électeurs, mais elle parle des réunions électorales qui "ont pour but de faire connaître un candidat ou une liste (…), de présenter les programmes ou les arguments (…)." (art. 27). Elle précise enfin que les individus condamnés, entre autres, pour "…corruption active ou passive en matière électorale" sont inéligibles (art. 56).

Dans l’opposition, comme dans la majorité présidentielle, des députés déplorent les dons et les promesses, mais tous laissent plus ou moins faire. D’un côté comme de l’autre, on accuse l’extrême pauvreté des populations et l’incapacité de l’Etat à leur assurer un minimum de bien-être. Darius Makaya Nzassi, député à la mouvance présidentielle, reconnaît avoir fourni, pendant la compagne électorale de 2007, des machettes aux jeunes pour leurs travaux champêtres et des véhicules pour écouler les produits récoltés à Pointe-Noire. "Ce n’est pas le rôle du député, mais je l’ai fait pour aider les populations", se justifie-t-il. Son homologue député, Siapa Ivouloungou, de l’opposition, reconnaît lui avoir construit deux écoles et avoir fait d’autres dons aux gens de sa circonscription pour les mêmes raisons. Il regrette cependant : "C’est nous qui votons les lois, contrôlons l’exécutif, représentons nos citoyens. Malheureusement, ces trois fonctions se sont effacées au profit de celle d’assistant social ou d’entrepreneur. Les députés sont absolument dépassés par ce clientélisme ambiant. Du coup, ils ne font plus bien leur travail."

Darius Makaya Nzassi propose "un séminaire pour expliquer aux nouveaux élus le rôle exact du député pour éviter d’aller s’embrouiller sur le terrain." De son côté, Siapa Ivouloungou souhaite que l’exécutif propose à l’Assemblée nationale un projet de loi, "pas pour interdire, mais pour essayer de réglementer ces pratiques".

 

 

Dieudonné Moukouamou Mouendo

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com