Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 10:12

(Syfia/CRP) Valérie et Thierry Maba sont tous deux séropositifs. Heureux et résolument optimiste, le couple combat la maladie au quotidien et les préjugés qui l'entourent en partageant son expérience. Pour que les malades retrouvent espoir et cessent d'être discriminés.

 

"Ici, à la maison, nous parlons tous du sida… Sauf le nouveau-né bien sûr !", plaisante Thierry Maba, 38 ans. Thierry a l’air en bonne santé. La voix ferme, il donne des ordres que son entourage s'empresse d'exécuter. Sa femme Valérie, elle aussi séropositive, vient de donner naissance à un bébé bien portant.

À Brazzaville, on ne présente plus Valérie et Thierry. Le couple est en effet devenu le miroir dans lequel se reconnaissent des malades, mais aussi des personnes saines. Leur courage et leur optimisme montrent aux Congolais qu’être séropositif ne signifie pas la fin de tout. "On peut vivre en couple positivement et heureux, même infecté par le VIH", soulignent les amoureux. Pour montrer que le sida ne tue pas l’amour, Valérie et Thierry ont été les premiers séropositifs à se marier officiellement au Congo en 2005. "Il fallait partager notre expérience", déclare Thierry. Depuis, ils partagent leur expérience de vie commune à travers différentes campagnes de sensibilisation.

Tout débute en 1991, quand Thierry obtient une bourse d’études après son baccalauréat. Lors du bilan de santé, il apprend qu'il a le sida. Cette découverte bouleverse à jamais sa vie. "Quand j’ai eu mes résultats, je me suis confié à un ami. Je ne voulais pas que mes parents l’apprennent", se souvient-il. Quand ces derniers finissent par le savoir, une barrière s'érige entre eux et leur enfant. "Au départ, j’ai été rejeté, mais aujourd’hui ils ont compris que le sida est une maladie comme une autre", estime-t-il.

 

Les jeunes, "couche la plus vulnérable"

Tous les jours, Thierry discute avec les gens de sa maladie : "C’est une question de vie", résume-t-il. Pour mieux véhiculer son message, le couple a réalisé un documentaire, Une vie positive, présenté au public en décembre 2009, au Centre culturel français de Brazzaville. "Ce film est le seul vrai moyen de sensibiliser d'autres personnes, qu’elles soient saines ou séropositives", affirme Thierry, désireux, dans le même élan de donner ou redonner espoir aux malades. Vice-président de l’Association des jeunes positifs du Congo (AJPC), il mène aussi cette mission à travers cette OSC créée par sa femme en 2002 et qui accompagne psychologiquement et socialement les séropositifs et lutte à leurs côtés pour leurs droits.

Thierry met un accent particulier sur les jeunes, "couche la plus vulnérable" selon lui, pour que ces derniers soient correctement informés sur le virus. Un combat particulier que partage Attaque contre la prostitution infantile, la drogue et le sida (ATTAC3). "Nous insistons auprès des jeunes sur l’importance de connaître cette maladie et d’en parler à ceux autres qui l'ignorent", explique Sosthène Nganga, président de ATTAC3. Son association a lancé, depuis 2005, une opération de vulgarisation des préservatifs chez les jeunes. En 2008, plus de 800 d'entre eux ont été informés. "Sur une tranche de 50 personnes, 22 étaient séropositives", confie Sosthène avant de conclure : "Il nous faut faire des efforts, en informant et en conseillant les jeunes. Le VIH n’est plus un sujet tabou !"

La preuve ? Les mentalités commencent à évoluer. "J’ai été stigmatisé, mais aujourd’hui, mes voisins ont un nouveau regard sur moi lorsque nous nous croisons", se réjouit Thierry. Certaines personnes estiment ainsi désormais qu’"il n’est pas question de rejeter les séropositifs. Ce sont des personnes comme nous. Nous qui nous croyons sains, nous sommes tous des ignorants", déclare par exemple un infirmier.

Valérie et Thierry ont montré la voie. Le fait de connaître et de ne pas cacher sa séropositivité, "a permis une avancée significative dans la lutte contre le sida au Congo", affirmait George Moyen, ministre chargé de la Santé, durant la compagne de lutte contre cette maladie en décembre 2009. Associée à d'autres actions, cette prise de conscience produit ses effets. Dans leur rapport conjoint de 2009, l'OMS et l'Onusida estiment que le taux de prévalence du VIH chez les Congolais adultes (de 15 à 49 ans) est de 3,2 % contre 7,2 % en 2002.

El-Staël Enkari

Juin 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

decase 08/07/2016 14:10

Salut jeune femme seropositif 38ans j'aimerais rencontrer un homme même statut pour fondé une famille voir mariage sens prise de tête je suis de Congo brazzaville mon.mail zitapambou@gmail.com

raul 24/01/2016 02:19

Bjr a toutes femmes seropositive Je sui in homme bseropositif 50an bonne sante teint blanc Je souhaite rencontre une femme seropsitive de Congo Brazzaville pour mariage de preference 36 a50an libre pour me deplcer Je travaille au Niger Mon wast SAP 0022790534725

decase 08/07/2016 14:13

Salut je suis intéressé par votre annonce je suis connecter sur whatsap au 00242066738904

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com