Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 10:08

(Syfia/CRP) Au Congo, le diabète mobilise associations spécialisées et autorités. Celles-ci mènent différentes opérations pour expliquer l'importance de consulter un médecin dès les premiers symptômes, d'avoir une alimentation pauvre en sucre et en graisse, et de pratiquer régulièrement une petite activité physique.

 

Quand Françoise, la quarantaine, apprend en 2008 qu’elle a le diabète, le monde autour d’elle s’écroule : "Je me suis souvenue de ma cousine qui était sous insuline. Nous étions parfois obligés de nous cotiser pour payer son médicament, tellement il coûtait cher." Si l’insuline est restée au même prix depuis 2006, les autres traitements ont dans l'ensemble baissé. "Beaucoup de fournisseurs indépendants ne respectent pas cette baisse exigée par le gouvernement. Ceux qui en tiennent compte sont la plupart du temps partenaires des autorités", nuance un pharmacien de Brazzaville.

Issue d’une famille modeste, Françoise n’avait en tout cas jamais songé à se faire dépister, alors qu’au Centre hospitalier universitaire (CHU) de la capitale congolaise, le prix d'un dosage de glycémie (vérification du taux de sucre dans le sang) est compris entre 1 500 Fcfa et 2 500 Fcfa (entre 2,30 et 3,80 €) seulement selon les services. Par manque d'informations, plusieurs patients apprennent qu’ils sont diabétiques au cours d’une visite a priori anodine chez le médecin. De gros enfants (plus de 4,5 kg) à la naissance, des infections cutanées à répétition, des plaies qui cicatrisent mal sont autant de signes d'alerte qui doivent inciter à consulter rapidement un médecin. "Certains se sentent fatigués ou maigrissent, d'autres boivent et urinent plusieurs fois dans la nuit. Demandez à votre médecin de vous faire une 'glycémie' pour en avoir le cœur net, conseille le docteur Elenga Bongo Charles Elomate endocrinologue au CHU de Brazzaville, avant de préciser, un diabète sucré ne se diagnostique que par la glycémie, mais avec le diabète insipide (pas de sucre dans les urines, Ndlr) les symptômes passent inaperçus."

 

Alerter les Congolais

Le diabète serait en augmentation au Congo. "Nous avons au moins une hospitalisation par jour depuis 2005 (année où ont débuté les enquêtes sur cette maladie, Ndlr) en dehors des cas qui consultent nos hôpitaux de base, des cabinets privés et la médecine traditionnelle", précise le docteur Elenga. "Le centre privé Diabecare (second centre médico-social pour diabétiques après le CHU, Ndlr) compte, après quatre ans d’activité, 8 à 9 000 patients. Ce sont les mêmes qui vont au CHU et reviennent, mais c’est quand même énorme", fait remarquer le docteur Évariste Bouenizabila de l’association congolaise Diabaction. Il explique encore que l’une des principales causes de cette recrudescence est le dépistage tardif du diabète qui est alors à un stade très avancé.

"Si on ne prend pas des mesures draconiennes, l’augmentation sera catastrophique. Le Congo compte environ 20 000 diabétiques. D’ici 25 ans, ce chiffre va doubler. Le diabète est un problème de santé publique qui mérite une prise en charge globale", insiste le docteur Elenga. Un pronostic sur lequel le professeur Alexis Elira Dokekias, directeur général de la Santé, émet des réserves : "En matière de statistiques, je ne peux pas me contenter des résultats de Brazzaville en excluant ceux de l’intérieur du pays. Il faut une étude qui prenne en compte tous les départements du Congo." Cependant, M. Elira reconnaît que la situation est préoccupante.

En collaboration avec Diabaction, le ministère en charge à la Santé a démarré il y a cinq ans un programme pour alerter les Congolais : nécessité de se faire dépister chaque année, conseils nutritionnels (éviter une alimentation trop sucrée et trop grasse), faire une activité physique modérée régulièrement, etc. Des sensibilisations qui marchent plutôt bien dans les grandes villes, mais n’ont pas le même impact dans les coins reculés du pays.

 

Annette Kouamba Matondo

 

 

Janvier 2010

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com