Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 08:50

(Syfia/CRP) Déa Nkounkou est sourd-muet. Ce Congolais, chef d’atelier de menuiserie, formateur et père de famille, vit comme tout le monde et réussit brillamment.

 

Déa Nkounkou, sourd-muet de 29 ans, regarde attentivement deux de ses apprentis. Le premier fabrique un baffle de haut-parleur. Le deuxième scie une planche pour un lit. Nous sommes à Brazzaville, à l’atelier de menuiserie de Handicap Afrique, une OSC congolaise. Marié, et père d’une fillette de quatre ans qu’il accompagne chaque matin à l’école, Déa est diplômé de l’école des jeunes sourds. Il a reçu le soutien moral et financier de sa famille pour apprendre la menuiserie. Depuis cinq ans, il se plaît dans son rôle de chef d’atelier, soucieux de transmettre ses connaissances à ses sept élèves menuisiers âgés de 15 à 20 ans, handicapés ou valides.

"Je ne vois pas de différence entre un sourd-muet et une personne valide du moment qu’on arrive à se comprendre", explique-t-il en langage des signes, traduit par un interprète. Ordonné et très méthodique, Déa inscrit au tableau pour ses élèves le programme de travail de la journée. La communication entre eux et lui se passe elle aussi par signes : "Quand je leur explique des choses à faire, je vais lentement et ils comprennent progressivement.". Ce que confirme Mbola Chirac, l’un de ses apprentis menuisiers valides : "Je ne pensais pas un jour être encadré par un sourd-muet. Tout ce qu’il nous demande de faire, nous l’exécutons. Si nous avons des difficultés à comprendre, il écrit au tableau. Aujourd’hui, nous ne regardons plus comme avant les sourds-muets".

Pour se faire respecter, le chef d’atelier a sa méthode : "Je suis très rigoureux. Certains fuient, car, quand cela ne marche pas, je punis sévèrement. C’est ainsi que j’arrive à les discipliner". Déa est partagé entre son désir de rester et son envie d’ouvrir un atelier ailleurs : "Si un autre encadreur m’aide à conseiller ces jeunes, je pourrais partir. Sinon, je continuerai jusqu’à ce que je sois fatigué."

 

"Capables de beaucoup de choses !"

Satisfait des prestations de son protégé, André Kabi, président de Handicap Afrique, pense qu’"on est toujours handicapé de quelque chose ici bas. Il n’y a pas de frontières entre une personne ‘normale’ et un handicapé". De son côté, la famille de Déa est fière du génie créateur de son maître menuisier. "Il ne cesse d’émerveiller les gens et de nous honorer. Quand on l’a inscrit à l’école française de menuiserie Aide à l’Enfance en 2005, il est arrivé après les autres, mais, à la fin de la formation, il est sorti major de sa promotion ! Cela ne m’étonne pas qu’il soit aujourd’hui chef d’atelier", explique Séraphin Nkounkou, frère de Déa.

Le gouvernement commence à prendre en compte l’intégration, notamment professionnelle, des handicapés, comme le souligne Georges Biakabakana, directeur de la réadaptation au ministère des Affaires sociales : "Nous avons initié une ligne budgétaire pour appuyer l’ensemble des prestations des handicapés (un fonds pour les OSC spécialisées qui ont des projets bien montés, Ndlr). Par ailleurs, un quota de 10 % leur est réservé chaque année pour leur intégration dans la Fonction publique."

Jean de Dieu Ngoma, handicapé moteur et président d'une union nationale de personnes handicapées, souhaite que les efforts en ce sens se multiplient pour une intégration totale, avec en particulier la mise en place de politiques d’autonomisation. Il remarque déjà "une sorte de prise de conscience" : "Hier, avoir un enfant handicapé était considéré comme un mauvais sort. Nous avions peur et honte de nous retrouver. À présent, le regard de notre entourage a changé. Nous sommes capables de beaucoup de choses !"

 

 

Marien Nzikou-Massala

Avril 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com