Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 12:49

(CRP/Syfia) A Ewo, chef lieu de la Cuvette-Ouest, des femmes cultivent ensemble leurs champs ou font de la pisciculture. Elles produisent plus et gagnent mieux que lorsqu’elles travaillaient chacune dans son coin.

 

"Olingui oyi, otikali okufi nzala" ("Rejoins-nous si tu le désires, en restant seul, tu crèves de faim !"). Ce nom amusant d’un groupement d’Ewo (630 kilomètres au nord de Brazzaville) traduit l’intérêt que les femmes de la Cuvette-Ouest accordent au travail de groupe.

"Nous avons l’habitude de leur dire que si nous nous associons, nous  goûterons  aux délices du travail collectif", révèle Julienne Ngotala, membre d’Olingui oyi. Créé en 1994 pour fédérer les énergies des membres et produire davantage, ce groupement compte 27 femmes résolument actives.

Chaque année, elles exploitent des champs de maniocs et d’ignames sur 2 ou 3 hectares et se partagent le fruit de leur travail. "Notre production dépasse celle d’une femme seule. Nous y trouvons notre compte", se félicite encore Julienne. Au groupement Odoukou Omon, les 20 membres (19 femmes et un homme) exploitent 4 hectares de manioc. Quant à "Wemeyi"  ("Tu es venu de ton propre gré"), ses 25 membres exploitent un champ sur 5 hectares.

Dans le domaine de la pisciculture, les 32 membres de Maman Adou disposent de 9 étangs. La vente des poissons d’un de ses étangs leur a rapporté 200 000 Fcfa (plus de 300 €) récemment. Un chiffre impossible à atteindre pour une personne seule.

 

Epargne et crédits

Le travail commun permet aussi d'obtenir plus facilement des fonds. "Après la vente, nous faisons des dépôts à la Caisse d'Equité et à la Mucodec. Epargner nous met à l’abri des détournements et de la mauvaise gestion. Nous pouvons par ailleurs ensuite solliciter des crédits pour développer nos activités", explique Angélique Kebi, agent de l’Etat et membre de Wemeyi. Son groupement a également bénéficié en 2010 d’une subvention d’un million de Fcfa (plus de 1 500 €) du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud)"Au terme de cette subvention, nous avons fait un bénéfice et chacun de nous a eu de quoi acheter des tôles pour tous les membres du groupe", ajoute Angélique.

Les autorités locales disent inciter les femmes à se regrouper. "Plusieurs d'entre elles ont compris la nécessité de s'unir. Nos sessions de formation sur le bien fondé du travail en groupe portent des fruits", estime Angélique Onounga, directrice départementale de la Promotion de la femme de la Cuvette-Ouest. Selon elle, sa direction donne aussi des formations sur la gestion des associations. Les groupements recevraient par ailleurs occasionnellement des boutures de manioc de la direction départementale de l’Agriculture.

De leur coté, les chefs de quartier, par leur conseils, encouragent aussi les femmes à s'unir. "Mon quartier compte deux associations, Olingui oyi et Congo victoire (groupement d’une vingtaine de membres cultivant le manioc et l’igname, NDLR). Travailler en groupe, c’est gagner ensemble en mettant les forces en commun", résume Jacques Okaka, chef du quartier Ouenzé d’Ewo.

Certains hommes l'ont eux aussi compris et assistent désormais leurs épouses dans les groupements.

Serge Patrick Mankou

Septembre 2014

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com