Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 08:09

(Syfia/CRP) Manque de machines agricoles, terres trop éloignées ou trop coûteuses à louer... Au Congo Brazzaville, dans le département des Plateaux, les femmes, même regroupées en associations ou en coopératives, peinent à sortir de la pauvreté.

 

"Nous pratiquons encore l’agriculture traditionnelle. Nous travaillons à la main, mais nous ne pouvons pas nous occuper de vastes étendues avec des houes. Il nous manque aussi des semences améliorées", résume madame Mbadzoua, née Malouri Bernadette, présidente de la Coopérative chrétienne pour le développement du district de Djambala (CCDD).

A Djambala, comme dans d’autres localités du département des Plateaux, la femme rurale connait de nombreuses difficultés. Notamment l’éloignement des terres des lieux d’habitation. "Nos plantations de manioc se trouvent à 16 km de Djambala. Pour nous y rendre, nous louons des motos. La course coûte 1 000 Fcfa (1,50 €) à l’aller et il faut débourser la même somme au retour des champs...", se lamente madame Mbadzoua, dont les 16 membres de la CCDD exploitent un espace qui appartenait jadis à ses grands-parents.

Selon elle, certaines personnes louent la terre pour faire l’agriculture. "Pour cultiver sur un hectare, le propriétaire facture la location à 100 000 Fcfa (150 €). Dès que vous avez fini de cultiver et de récolter, vous lui laissez le terrain. La location ne dure que le temps d'une saison", explique-t-elle, prenant l’exemple vécu, dans le village d’Ongoni. Elle poursuit : "Le comble est que ce sont des contrats de location verbale... Il arrive qu’un membre de la famille du propriétaire remette tout en cause et vous défende d’exploiter le terrain !"

 

Machines agricoles attendues

De son coté, Joëlle Martine Gabio, présidente du Groupement Jeunesse Onara d’Abala-Ndoko, pense que "travailler à la main ne permet pas de faire de grandes productions. Pour une superficie de 2 000 m2, nous avons seulement 7 ou 8 sacs de foufou. Avec une machine, nous aurions des centaines de sacs  !"

Solidaires, certaines femmes, pour labourer leurs champs, tentent de louer ensemble des machines agricoles depuis Ngo, localité à environ 130 km de Djambala. "Pour un champ, il faut prévoir environ 300 000 Fcfa (460 €), si on loue les services de ressortissants rwandais basés à Djambala. Mais, les tarifs dépendent de leur humeur... Comment des paysannes pourraient-elles avoir cette somme ?", s'interroge Germaine Enko, directrice départementale de la Promotion de la femme dans les Plateaux. 

 Selon elle : "Aujourd’hui, la femme rurale travaille très dur. Elle n’a plus la santé de nos grands-parents d’antan. Tout le monde a le mal d’estomac, fait des AVC (accidents vasculaires cérébraux, NDLR). Si l'agriculture était mécanisée, la femme produirait davantage. Nous avons des terres fertiles", constate-t-elle. Elle conclut : "Avec toutes ces contraintes, difficile pour la femme de sortir de la pauvreté. Nous demandons donc au gouvernement de nous envoyer des machines agricoles pour faciliter le travail de la femme."

 

Jean Thibaut Ngoyi

Juillet 2014

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com