Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 15:10

(CRP/Syfia) Après avoir, à la demande d'une mairie de Brazzaville, incité leurs paroissiens à s’inscrire sur les listes électorales, prêtres et pasteurs encouragent actuellement leurs fidèles à voter lors des législatives du 15 juillet prochain.

 

Dans son prêche, Germain Ibouanga, pasteur de l’église baptiste évangélique de Kinsoudi (Brazzaville) parle de la nécessité "d'être soumis, par crainte de la punition et par motif de conscience !" Il fait allusion à l’autorité de l’Etat et se réfère au livre des Romains. "Cette prédication me pousse à aller accomplir mon devoir civique", assure, à la sortie du culte, Antoine, un fidèle.

La marie de Makélékélé (1er arrondissement) a dernièrement exhorté les Eglises (catholiques, protestantes, Armée du salut, églises dites de réveil, etc..) dans une note de février dernier à inciter leurs fidèles à s’inscrire sur les listes électorales. Une première pour les agents de cette administration qui espèrent ainsi augmenter le nombre de votants lors du scrutin législatif du 15 juillet prochain. "L’Eglise représente un électorat inestimable. Son implication est donc très importante", explique un agent de cette mairie.

Une implication que Jean-Clément, choriste dans une paroisse kimbanguiste, comprend : "Quand il communique des informations, le pasteur ne se lasse pas de nous exhorter à aller voter. Il dit que notre concours peut contribuer au développement du pays." Des exhortations auxquelles beaucoup de chrétiens restent toutefois insensibles… "Je ne vois pas pourquoi j'irais voter. De toutes façons, ça ne changera rien à ma vie !", estime Lydie, la trentaine, de l’Eglise catholique. Pour certains, voter irait même à l’encontre de préceptes divins. "Tout ce qui est politique ne me concerne pas. Alors, pourquoi aller aux urnes ?", interroge un étudiant protestant de la faculté de droit qui a requis l’anonymat.

 

"Choix personnel, pas communautaire"

Un désintérêt que Germain Saphan Ewangui, 3ème vice président de la Conel (Commission nationale d’organisation des élections) déplore : "Les élections sont des moments privilégiés pendant lesquels ceux qui ont 18 ans révolus disposent d’une voix et participent à la vie démocratique. Pour moi, dire aux fidèles d’aller librement exprimer leur choix est comme une campagne d’éducation civique et citoyenne."

M. Ewangui met tout de même en garde les Eglises qui s’impliqueraient dans le débat politique ou chercheraient à orienter le choix de leurs fidèles. L’article 18 du projet de constitution du 29/11/2001 est clair à ce sujet : "(…) L’usage de la religion à des fins politiques est prohibé. Toutes manifestations de manipulation et d’embrigadement des consciences, de sujétions de toutes natures imposées par tout fanatisme religieux, philosophique, politique et sectaire sont punies par la loi."

Pasteurs et prêtres semblent conscients des limites de leur implication, car, comme l’explique Germain Ibouanga, "inciter les fidèles à aller voter est légitime. Ce qui serait incorrect serait d'imposer son choix politique." Un avis partagé par le pasteur Gabriel Sita, directeur du Centre d’études chrétiennes : "Nous n’avons pas le droit d’influencer le vote de nos fidèles. Son choix reste personnel et non communautaire."

Une bonne foi qui commence à en convaincre certains… "Si ma voix peut aider à faire évoluer les choses, j’irais voter !", promet Nadine, pratiquante à l’Armée du salut, plus que jamais décidée à glisser son bulletin dans l'urne.

 

Annette Kouamba Matondo

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com