Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 14:12

(CRP/Syfia) Avant que ne tombe l'annonce du report des locales prévues en juillet 2013, à Dolisie, populations et partis demandaient aux OSC de davantage informer les citoyens sur les enjeux de ces élections. Une éducation civique fondamentale pour un scrutin apaisé. De son côté, la société civile attendait le feu vert des autorités.

 

Ils n'avaient, en principe, plus que quatre mois à patienter… En juillet prochain, le Congo Brazza devait, en effet, organiser des élections locales. A cette occasion, les citoyens devaient élire au suffrage universel direct des conseillers départementaux et municipaux. Avant d'apprendre le report de ces scrutins à la suite d'un dialogue politique qui s'est tenu en mars à Dolisie, les habitants de cette ville ne cachaient pas leur impatience de voir les Organisations de la société civile (OSC) se déployer sur le terrain.

Habituellement, en effet, avant ce scrutin, les associations mènent des campagnes d'information sur les enjeux du vote et participent le jour "J" comme observateurs. Rien de tout cela pour le moment à Dolisie (environ 350 km à l'ouest de Brazzaville). D'où l'impatience de certains citoyens qui se sentent plus proches des associations que d'autres structures ou institutions… "Les OSC devraient déjà nous expliquer ce qu'on entend par élections locales, pourquoi on les organise, quels sont les droits et devoirs des électeurs, etc. Malheureusement, je ne les vois pas faire ce travail !", déplore Philippe Dzaba, un habitant. A ses yeux, les associations "ne doivent pas attendre la veille du scrutin pour sensibiliser." Un autre Dolisien, qui a requis l’anonymat, espère, lui aussi, que les OSC seront rapidement sur le terrain : "Pour le moment, elles sont inexistantes, alors qu'elles devraient nous rassurer sur le bon ou le mauvais déroulement de ces scrutins."

Au Congo, les élections sont en effet souvent des moments de tensions diverses (barricades, marches de contestation…), faute de culture démocratique. "Les OSC devraient organiser des séances d’éducation civique, insister sur la culture de paix et l'acceptation des résultats des urnes", suggère Dieudonné Ngouyoubou, un autre habitant.

 

Former les OSC, informer les citoyens

De son coté, Jean Pierre Yomo, directeur de l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) du département du Niari, déclare : "Nous connaissons notre devoir d'expliquer aux populations leurs droits. Mais, la campagne électorale n'est pas encore ouverte. Procéder maintenant à des sensibilisations pourrait être mal interprété par certaines populations et hommes politiques. Nous attendons les directives de notre hiérarchie." Selon l’article 25 de la loi électorale, la campagne est déclarée ouverte quinze jours avant la date du scrutin et close l’avant-veille à minuit.

Pour sa part, la Fédération nationale de la jeunesse et individualité du Congo (Fenajeico) explique avoir initié fin 2012 un système d’information des citoyens dans le Niari pour améliorer leur participation aux élections locales. Jean Marie Nestor Moussavou, coordonnateur de la Fenajeico, précise : "Nous entendons ainsi former sur le déroulement du scrutin, par des spécialistes des questions électorales, des formateurs non membres de la Fédération dans les 14 districts du département, qui à leur tour sensibiliseront les populations en matière d'éducation civique. Notre but est de lutter contre l'abstentionnisme et la contestation des résultats."

Enfin, la Coordination des associations et réseau de la société civile du Congo (Caresco) a produit un document intitulé "Nouvelle Vision" après les législatives de 2012. Celui-ci met l’accent sur "la formation des acteurs de la société civile au déroulement des votes par ce réseau à la veille des élections", précise Rosalie Mombo, coordonnatrice de la Caresco pour le Niari. Pour elle, en effet, "on ne peut pas aller sensibiliser les gens sans que des OSC ne soient d'abord formées elles-mêmes !"

 

Instructions attendues

Une formation qu’on souhaite également durable du coté des partis politiques. "En principe, une élection se prépare de façon permanente au niveau des OSC. Elles doivent nous sensibiliser sur les devoirs des électeurs et le déroulement du vote. Nous sommes ouverts pour une formation de nos militants par ces associations", assure Antoine Ngouala, président fédéral Niari du Parti congolais du travail (PCT, majorité présidentielle).

Ce à quoi Ngouma Ngoubou, chargé de l’organisation et mobilisation de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), opposition, à l’arrondissement 1 de Dolisie, répond, accusateur : "Les OSC devraient de temps en temps nous dire comment les élections se déroulent et regarder si la loi électorale est bien respectée, afin d’éviter le désordre le jour du vote. Hélas, elles ne travaillent pas et sont contrôlées par le pouvoir !"

Jean Christophe Tchicaya, secrétaire général du département du Niari, avance une autre raison pour expliquer le silence actuel des associations. A ce jour, "l'administration n'a pas encore reçu d'instructions du ministère de l'Intérieur sur l'organisation desdites élections. Dès que cela sera possible, notre secrétariat général appellera les OSC. Pour l’heure, rien ne se fait."

Avec l'annonce du report sans nouvelle date fixée pour les locales, il risque fort de ne rien se passer dans les prochaines semaines...

 

Victor Bivihou

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com