Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 10:39

(CRP/Syfia) Au Congo Brazzaville, les jeunes estiment que les partis politiques ne tiennent pas compte de leurs préoccupations, en particulier en matière d'emploi. S'abstiendront-ils de voter lors des prochaines locales comme ils l'ont fait lors des dernières législatives ?

 

"Pour susciter un engouement des jeunes lors des prochaines locales, les partis doivent les mettre en tête des listes électorales ! Cela renouvellerait la classe politique !", propose un étudiant. Un autre poursuit : "Une même motivation nous anime tous, à savoir la prise en compte de nos problèmes, en particulier du chômage. Autrement, les politiciens risquent une seconde sanction après celle des dernières législatives."

Une analyse que partage le ministère de la Jeunesse et de l’éducation civique. Selon lui, lors de ce dernier scrutin de 2012, les jeunes, qui représenteraient plus de 60 % de l'ensemble de la population, se sont en effet fortement abstenus et ont désavoué les hommes politiques. Un membre de l’opposition qui a requis l’anonymat ajoute : "Si le recensement administratif spécial (qui doit démarrer le 23 juillet prochain, Ndlr) n'est pas organisé conformément aux engagements pris lors de la concertation de Dolisie de mars dernier, il faut s'attendre encore à un manque d'engouement de la population."

Franck Linda Moyabat Noumazalay, président du Conseil national de la jeunesse, rappelle que sa structure avait élaboré à l’intention du gouvernement une politique, visant, entre autres, à enseigner le civisme aux jeunes. Une politique jusqu’ici peu suivie... Franck Linda suggère donc au gouvernement de leur enseigner "la vraie valeur de la démocratie pour l'heure encore détournée par des considérations tribales."

 

"Formation au patriotisme et à la citoyenneté"

Même son de cloche du côté du conseiller au ministère de la Jeunesse et de l’éducation civique, Jean Pierre Mayinga : "Nous devons dire aux jeunes que les réalisations actuelles sont à leur profit. Prenez l'aéroport Maya-Maya de Brazzaville, dont les générations futures bénéficieront. Il ajoute, comme pour le moment les jeunes ne sentent pas quelque chose qui portent leur marque, ils ne se reconnaissent pas là-dedans." Dans l'autre sens, M. Mayinga, exhorte les jeunes à être plus coopératifs et à avoir une conscience patriotique, afin de pousser les dirigeants à réaliser leurs promesses.

Une journaliste, qui a requis l’anonymat, nuance : "C'est bien de construire des infrastructures, encore faut-il qu'elles soient accompagnées d'investissements profitables à la population, comme les créations d'usines et d'industries pour éviter l’exode des jeunes des campagnes vers les centres urbains et réduire le chômage (qui touche plus d'un jeune sur trois selon l’Office national de l’emploi et de la main d’œuvre Onemo, Ndlr)." Pour cette journaliste, la plupart des partis politiques ne mobilisent pas en profondeur pour intéresser les jeunes. "Aujourd'hui, ces derniers sont chosifiés. Ils votent sur la base des t-shirts et des 2 000 Fcfa (3 €) que leur donnent certains candidats. Il faudrait plutôt une formation au patriotisme et à la citoyenneté pour redonner le goût de voter à la jeunesse."

Kevin Mviri, chargé des questions juridiques à la Coordination d’appui au processus électoral (Capé), une plateforme d'OSC congolaises spécialisées sur la gouvernance électorale qui fonctionnera en principe aussi lors des prochaines locales, soutient la mise en place d'une politique d’emploi des jeunes pour les motiver et davantage maîtriser les statistiques du chômage.

Juste Bernardin Gavet, le président de la Force montante congolaise (FMC), une section jeunesse du Parti congolais du travail (PCT) crée fin mai dernier, insiste à ce sujet sur la nécessité de "lever l'opacité au niveau du recrutement dans la fonction publique pour que chaque jeune ait accès à l'emploi." La FMC estime également indispensable d'"encourager la culture entrepreneuriale, car la Fonction publique ne pourra pas embaucher tout le monde." A cet effet, elle envisage un fonds qui devrait être mis à la disposition des jeunes dans les prochains jours, pour que ceux qui ont des idées nouvelles créent des entreprises et embauchent d'autres jeunes. Des séminaires de formation sont également prévus à cet effet.

 

 

Flore Michèle Makoumbou

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com