Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 12:52

(CRP/Syfia) Désormais conscientes des dangers de la déforestation pour leur communauté, plus de 30 femmes du département du Kouilou se consacrent au maraîchage. Financièrement indépendantes, elles protègent aussi leur environnement.

 

"La coupe illégale du bois ne se  fait plus comme avant. Les gens ont pris conscience des dangers de la déforestation grâce à la formation que nous avons suivie", résume Nombo Philomène, ancienne chef de quartier Makola 2 et membre active des Femmes de Makola, un groupement d'une trentaine d'adhérentes.

Philomène fait partie de la trentaine de femmes jadis fabricantes de charbon de bois du village Makola (district de Hinda, à environ 50 kilomètres de Pointe-Noire), formées durant six mois (de mars à août dernier) dans le cadre du projet "Implication des femmes locales et autochtones dans la gestion durable des forets dans le district de Hinda". Un projet piloté par  l’Association congolaise pour la santé populaire et communautaire (ACSPC) et financé par Azur développement.

Ces femmes, qui, hier encore, ne vivaient que de cueillette et de chasse, se consacrent aujourd'hui au maraîchage. Une évolution importante, car ces dernières années, l’exploitation illégale de la forêt a causé la disparition de plusieurs essences thérapeutiques telles que le quinquina, corossol, moringa. La coupe du bois est aussi à l'origine de plus fortes chaleurs dans la contrée…

 

"Habituer notre communauté"

Henriette Makanga, membre, elle aussi, des Femmes de Makola, se souvient : "Autrefois, on cueillait des noisettes qu'on grignotait. Aujourd’hui, ce n’est plus possible. Ce fruit a quasiment disparu, à cause des incessantes coupes de bois." Henriette souhaite à présent elle-même "faire du porte-à-porte auprès des membres de la famille et des populations, pour que tous prennent conscience que la forêt est une richesse et qu'il faut en faire bon usage."

Un vœu qui ne pourra se concrétiser que si les habitants de cette contrée s’orientent vers de nouveaux métiers, comme le conseille Firmin Ngoma, un éleveur de volaille : "Les jeunes doivent se tourner par exemple vers l’élevage de poules ou de porcs." Philomène en est bien consciente, diversifier ses activités ne se fera pas en un jour... "Le maraîchage n’est pas une pratique courante dans notre communauté. Il commence à peine à prendre ses marques..."

Les débuts sont toutefois prometteurs, puisque les produits des Femmes de Makola sont vendus aux commerçants de Pointe-Noire et même de Dolisie. "Étant donné que nous sommes un collectif, la vente se fait par sillon, directement dans les champs, ou au détail. L'argent encaissé permet d’acheter les semences pour la plantation. Une partie est repartie entre les membres et nous épargnons le reste", témoigne une jeune femme dans la vingtaine qui a requis l’anonymat. Cette dernière gagne environ 150 000 Fcfa (230 €) chaque mois. Auparavant, la coupe du bois ne lui rapportait que la moitié... Elle poursuit : "Nous devons être patientes. Carottes, choux, endives, etc. n'entraient pas vraiment dans nos habitudes alimentaires jusqu'ici. Il faut habituer notre communauté à consommer nos produits. C'est un défi quotidien !"

Philomène Nombo, l'ancienne chef de quartier Makola 2 prévient : "Le challenge ne sera pas facile, vu qu’il n’y a pas de travail sur place, mais nous encourageons les jeunes à abandonner certaines pratiques anciennes.

Annette Kouamba Matondo

Septembre 2014

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com