Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 06:59

(CRP/Syfia) À Pointe-Noire, le retrait au second tour de certains candidats de la majorité, pour n'en présenter qu'un seul face aux opposants, a décontenancé de nombreux électeurs. Certains, qui ne comprennent pas ces désistements prévus dans les accords entre partis alliés avant les scrutins, se sont abstenus de voter.

 

"Au moment où les fidèles de Zinga-Mabio, candidat du Rassemblement pour la démocratie et le progrès social (RDPS) et ceux de Jean-François Kando, du Parti congolais du travail (PCT), deux partis de la majorité, se préparaient à aller élire l’un d’entre eux, nous avons été surpris d’entendre que Kando venait de se retirer de la course à la députation en faveur de Zinga-Mabio", déplorait le 3 août, deux jours avant le 2e tour des législatives, Richard Mavoungou, habitant de Loandjili1, un quartier de Pointe-Noire.

Au Congo, comme souvent ailleurs, lors de ces élections, le jeu des alliances entre les partis conduisent les candidats les moins bien placés à se retirer de la course au second tour, afin de respecter les accords signés entre alliés. Des accords et des retraits mal compris des électeurs et qui renforcent le taux d’abstention le jour du scrutin. "Inutile d’aller au bureau de vote, puisque le vainqueur est déjà connu. Qu’on vote ou pas, c’est lui qui sera déclaré vainqueur !", déclarait par exemple Joséline Milandou, habitante de Ngoyo, un autre quartier de Pointe-Noire, le 5 août dernier, après l’annonce du retrait de J-F Kando.

Des cas similaires ont été constatés à Hinda, dans le département du Kouilou, madame Oba née Lucie Loembé Sautha du PCT s’est retirée en faveur de Loembe née Véronique Nitou-Landou, du Mouvement action et renouveau (MAR), un autre parti de la majorité. "Les loups ne se 'bouffent' pas entre eux", résumait récemment, un membre du PCT du quartier Paka à Ngoyo. Pour eux, l’objectif c’est d’avoir un candidat unique face à ceux de l’opposition. Dans ce camp-ci, il n'y a pas eu de désistements.

 

Informer des accords avant le scrutin

"Que les populations qui m’ont fait confiance au premier tour ne soient pas déçues, car, en me retirant, je n’ai fait qu’obéir aux instructions venues du haut sommet de notre parti, le PCT ", déclarait J-F Kando. Selon les accords PCT-RDPS qui remontent à 1992 et qui ont été réactivés à la veille du deuxième tour du scrutin d'août dernier, les directoires de ces partis alliés ont décidé de ce retrait. Ce qui évite des conflits de positionnement entre partis alliés comme le fait comprendre, Théophile Ilobakima, un des responsables du PCT à Pointe-Noire : "Les animaux de la même espèce se battent, mais ils ne se mangent pas entre eux". Et, pour Julien Makoundi-Tchibinda, membre du RDPS : "Un militant engagé est tenu de se conformer aux directives de son parti".

"Cette alliance a sûrement renforcé l’abstention dans ces circonscriptions. Les électeurs ne pouvaient que se résigner, alors que chacun devrait pouvoir choisir une personne en fonction de ses idées ou de ses aspirations", estime Franck Loufoua Bessi, assistant aux programmes à la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH). Pour Georges Nguila, chef d’antenne de l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) à Pointe-Noire, "les députés ne doivent pas être choisis par les partis politiques, plutôt par les populations. A l’avenir, ce genre d’accords devrait être connu bien avant le scrutin, question de fixer les électeurs".

 

John Ndinga-Ngoma

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com