Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 16:58

(CRP/Syfia) A Brazzaville, les jeunes ont été, avant et pendant les législatives, la cible privilégiée des politiciens. La plupart de ceux qui ont mis entre parenthèses leurs vies personnelles ou leurs études pour la politique le regrettent amèrement…

 

"Vous devez être vigilants du début à la fin du scrutin dans les bureaux de vote où vous allez représenter votre candidat !" Tel a été le mot d'ordre de Ludovic, à 25 jeunes au siège de leur candidat, Jean-Claude Ngoma Yeoshua, dans la 3e circonscription de Moungali, un quartier central de Brazzaville, la veille des dernières législatives.

Au Congo, en période électorale, les jeunes sont très sollicités par les politiciens pour battre campagne ou même gérer les états-majors des candidats. "La jeunesse est plus dynamique pour mobiliser des gens", observe Richard Bongo, un candidat indépendant aux législatives de 2012. Martial de Paul Ikounga, ancien ministre de l’Enseignement supérieur et candidat de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS) à la députation à Sibiti dans la Lékoumou (350 km à l'ouest de Brazza), dénonce "un certain clientélisme" : "Les jeunes désertent leurs études et leurs petits boulots pour les campagnes électorales parce que les politiciens leur distribuent des billets de banque, des pagnes ou des T-shirts. Ils préfèrent recevoir ces dons là que de s’occuper de leur travail", regrette-t-il.

Regret partagé par Nicole qui, en 2007, a ainsi "gâché" son rêve de mariage. "J’étais partie battre campagne pour un candidat à l’intérieur du pays. Mon fiancé n’a pas apprécié. Il a préféré trouver une autre femme…" Cinq ans après, Nicole avoue ne plus militer dans un parti, mais a tout de même voté. Un étudiant de la faculté de droit de Brazzaville, espère, lui, toujours un sésame de la part de son candidat : "Pendant le dernier scrutin, j’ai laissé mes études pour aller battre campagne dans département du Niari (à l'ouest du pays, Ndlr) pour un candidat élu au 1er tour. Mais, jusque là, il nous fait attendre…"

 

"Ephémères campagnes politiques"

Rares sont les politiciens à tenir parole. Les jeunes à obtenir satisfaction sont donc l'exception… "Grâce au candidat que j’ai soutenu lors des législatives 2007 quand j’étais étudiant, je suis devenu fonctionnaire", se félicite Médard. D'autres ne cherchent pas forcément un emploi. Comme Jérémie Biyokila, diplômé au chômage et candidat aux législatives 2012 : "Nous ne pouvons pas laisser la gestion de la cité aux vieux. Nous sommes un groupe politique de jeunes. Nous avons formé un cercle de réflexion où chacun apporte des idées et nous débattons. Succès ou pas, nous allons continuer puisqu’il y a d’autres éventualités."

De leurs côtés, associations et pouvoirs publics militent pour une prise de conscience des jeunes et de leur rôle en période électorale. "Pendant nos sensibilisations dans les quartiers, nous les poussons à prendre part au vote, sans tomber dans des habitudes qui peuvent les détourner de leur conscience", résume Amaïcool Mpombo, membre de l’Association des femmes juristes du Congo (AFJC), basée à Brazzaville. Maixent Lossakou, secrétaire général du Conseil national de la jeunesse au ministère de l’Education civique et de la jeunesse, évoque des campagnes d’information en mai sur les questions citoyennes et morales avec la Commission nationale d’organisation des élections (Conel) pour que les jeunes votent : "Cette activité nous a permis d’informer des centaines d'entre eux dans divers quartiers de Brazzaville sur ce qu’est réellement l’élection et ne pas tomber dans le piège du politicien."

Pour Amaïcool, le salut proviendra des études : "La jeunesse doit se ressaisir. Il ne faut pas qu’elle sacrifie ses études, ni ses occupations pour d'éphémères campagnes politiques."

 

Jean Thibaut Ngoyi

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com