Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 08:51

(CRP/Syfia) Certains dons faits aux populations par les candidats pendant les campagnes électorales sont encore aujourd’hui utiles. Saluées par plusieurs citoyens, ces réalisations ne font cependant pas l’unanimité dans la classe politique et la société civile.

 

Ponts, caniveaux, matériel médical, clôtures autour d'écoles… A Pointe-Noire, la liste des cadeaux faits par les politiciens aux citoyens au cours de leurs campagnes électorales (surtout les présidentielles et les législatives) est longue. Autant de petites infrastructures, qui, aux yeux de bon nombre de Congolais, améliorent aujourd'hui encore leur quotidien.

A l'image du pavillon du centre de santé intégré du quartier OCH (Office congolais de l’habitat), don de Maurice Mavoungou (Mouvement action et renouveau, Mar), très apprécié des habitants de la 3e circonscription de l’arrondissement 1 Lumumba. "Avant, nous étions obligés de supporter dehors les intempéries. Le centre n’avait qu’un bâtiment sans salle d’attente. Aujourd'hui, chacun peut attendre son tour, quelque soit le temps et sans inquiétude. C'est notre député, réélu en 2012, qui nous a dotés de ce pavillon !", se félicite une habitante de ladite circonscription qui a requis l’anonymat. De son coté, Jean-Claude Pandzou, habitant du quartier Fouks, situé dans la 2e circonscription de l’arrondissement 2 Mvou-Mvou, reste reconnaissant à Paul Tchignoumba, ancien député de la majorité présidentielle, réélu cette année en tant qu’indépendant, pour ses anciennes réalisations : "Il a clôturé nos écoles quand il était député entre 2002 et 2007."

 

"Rendre le gouvernement paresseux"

Généralement, les populations ne tarissent pas d’éloges à l’endroit de leurs donateurs. Joseph Mantsimou, un autre habitant de Mvou-Mvou, évoque les bienfaits d’un caniveau mis en place par un candidat indépendant : "Avant cela, notre parcelle était inondée à cause des eaux qui venaient de partout. Désormais, les véhicules circulent à nouveau. Même si Parfait Ndongui qui l'a construit n’a pas été élu député cette année, nous lui resterons reconnaissants." Le geste de ce candidat est aussi salué par Aymar Makaya, un voisin de Joseph : "C’est vrai que ce rôle revient en principe à la mairie ou au gouvernement, mais nous voyons tous comment les pouvoirs publics tardent à construire des ouvrages. Nous ne pouvons donc pas refuser le don d'une personne de bonne volonté pour soulager la misère de ses frères et sœurs."

Pas d'accord, disent plusieurs responsables d'ONG. Ces derniers désapprouvent l'attitude des candidats, estimant qu’ils profitent de la pauvreté des gens pour faire leurs opérations de charme. Pour Alain Louganana, responsable de la recherche et assistant juridique adjoint à la Commission diocésaine justice et paix (CDJP), les députés ne devraient pas se substituer à l’Etat, mais plutôt jouer leur véritable rôle (pouvoir législatif et contrôle de l’action de l’Exécutif) dans le respect de l’article 89 de la Constitution du 20 janvier 2002. "Certes, il n’y a pas de loi qui s’oppose à ce qu'ils mènent de telles activités, mais ces dons devraient se faire dans un cadre purement associatif et non en leur qualité de députés. Ainsi, même quand ils ne seraient plus à l'Assemblée, ils continueraient à mener des activités en faveur de la population. Attendre les campagnes électorales, c’est tomber dans le clientélisme politique", conclut-il.

Aristide Ngokoumounga, secrétaire général de la Dynamique pour la nouvelle éthique républicaine et de la démocratie (Dnerd), un parti d’opposition, partage ce point de vue : "Le député a un mandat national. Lorsqu’il fait des dons dans sa contrée, il oublie que les populations des autres circonscriptions ont les mêmes besoins. Procéder de la sorte, c’est rendre le gouvernement paresseux quant à l’accomplissement de ses missions régaliennes."

 

"Responsabilité morale"

Les candidats, quant à eux, présentent leurs actions comme des gestes de reconnaissance. "Je suis natif de Mvou-Mvou avec lequel j’ai un lien affectif. J’ai doté les écoles de ma circonscription de clôtures pour les protéger des actes de vandalisme. Certains dons ont été mes initiatives, d’autres ont été faits à la demande des comités du quartier et des citoyens. C’est par responsabilité morale que j’ai fait tout cela. L’Etat ne peut pas tout faire à la fois. Les citoyens peuvent faire là où l’Etat ne fait pas", se justifie Paul Tchignoumba.

Bon nombre de personnes conviennent que l’attitude des candidats à la députation découle de certaines habitudes... "Pour les citoyens, le meilleur est celui qui vient poser des actes dans le quartier. A l'inverse, il n’est pas rare de les entendre dire : 'Nous l’avons voté, mais qu’a-t-il fait pour nous ?'", analyse Alain Louganana. Selon lui, des campagnes d’instruction civique devraient être organisées pour mieux informer les populations sur le rôle des futurs élus : "Cette sensibilisation doit impliquer l’Etat, la société civile et les médias. Quand on veut construire une démocratie, chacun doit savoir ce qu’il a à faire et dans quel cadre le faire !"

Son appel sera-t-il entendu avant les scrutins locaux prévus en 2013 ?

 

Lucie Prisca Condhet

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com