Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 13:12

(CRP/Syfia) A Pointe-Noire, des ONG hébergent, nourrissent et soignent des personnes âgées abandonnées par leurs familles qui les accusent parfois de sorcellerie. La société civile plaide pour une loi spécifique et des solutions durables.

 

"Ici, je suis bien. On prend soin de moi. J'ai repris espoir et retrouvé l'envie de vivre", témoigne Blanche*, 80 ans. Ayant perdu plusieurs de ses enfants qui prenaient "correctement" soin d'elle, Blanche s'est retrouvée chez Victor*, son unique fils encore en vie. Elle n'y était pas aimée par sa belle-fille. A tel point qu'après seulement trois mois, elle a été jetée dehors. Elle a alors commencé une vie d’errance dans les rues de Pointe-Noire. Jusqu'au jour où Missionnaire Ami la recueillie.

Comme Blanche, une dizaine de personnes du 3ème âge sont aujourd'hui logées, nourries et soignées par cette ONG congolaise laïque. A l'image des époux Mavoungou*, octogénaires chassés de leur village natal de Mossendjo (département du Niari) à environ 600 kilomètres au nord-ouest de Brazzaville. "On nous accusait de sorciers. Nous nous sommes réfugiés dans la brousse pour échapper à la mort. Enfin, par la grâce de Dieu, nous nous sommes retrouvés à Pointe-Noire", raconte Mme Mavoungou. Annette*, 70 ans, est, elle, Gabonaise. Elle s'est installée dans la capitale économique depuis son jeune âge. Mais, après le décès de son époux, elle a été chassée par sa belle-famille, puis prise en charge par cette même ONG.

Depuis 2008, Missionnaire Ami organise par ailleurs des recensements dans différentes zones de la République du Congo. Elle a ainsi comptabilisé, dans les douze départements du pays, près de 1 500 personnes âgées abandonnées, parfois accusées de sorcellerie par leurs propres familles. Des OSC comme Caritas Congo et La Main tendue en appuient certaines qui ont à leurs charges des personnes du 3ème âge en leur distribuant médicaments et vivres. Mais, ces dons sont ponctuels.

 

Loi spécifique et hospices

Marie-Yolande Oniaty, présidente de Missionnaire Ami, déplore l'absence d'une loi spécifique. Ce que confirme Jean De Dieu Batchy, un juriste. "Depuis mars dernier, nous avons déployé des équipes sur le terrain pour évaluer la situation et réfléchir sur un projet de loi que nous soumettrons probablement aux parlementaires. La loi devrait par exemple exempter les personnes âgées des frais de consultation, de traitement et d'hospitalisation dans les centres de santé publics", plaide Mme Oniaty, citant la loi Potignon qui protège en particulier les enfants. Objectif : que "l'Etat fasse bénéficier cette couche des droits définis dans la Constitution de 2002". Son article 30 indique en effet que "les personnes âgées (…) ont droit à des mesures de protection en rapport avec leurs besoins physiques, moraux ou autres, en vue de leur plein épanouissement."

Même approche du côté du Mouvement international de la réconciliation (MIR) une autre ONG. "Il faudrait qu'il y ait des lois favorables à la prise en charge de ces personnes et des institutions qui soient capables d'appliquer ces lois", suggère Jean Pierre Massamba, président du MIR à Pointe-Noire. Une suggestion favorablement accueillie par certains parlementaires. "Je sens que c'est un besoin profond. Nous devons commencer à y réfléchir pour que, dans les prochains jours, on voit venir une législation qui protège les personnes vulnérables, notamment celles du 3ème âge", promet Mabio Mavoungou-Zinga, député du Rassemblement pour la démocratie et le progrès social (RDPS, parti de la majorité présidentielle) de la 1ère circonscription (arrondissement 4 Loandjili), au nord de Pointe-Noire.

Si, pour la société civile, la création d'hospices constitue une solution durable, l'administration, quant à elle, insiste sur leur nécessaire conformité et la formation du personnel en gérontologie. "L'Etat doit regarder, inspecter, évaluer ces hospices pour voir s'ils respectent les normes, logement, nutrition, sanitaire…", énumère Marlène Mabounou, directrice départementale de l'action humanitaire à Pointe-Noire.

 

Guillène Bibaya Malonda

 

*Noms ou prénoms d’emprunt

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com