Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 10:08

(Syfia/CRP) Depuis deux ans, une dizaine de jeunes diplômés, hier encore sans emploi exploitent des étangs et fournissent 12 tonnes de poissons frais par an aux Ponténégrins. Réunis en association, ils se prennent en charge et luttent en même temps, à leur niveau, contre la vie chère.

 

Bottes aux pieds, pelle, machette et filet à la main, des jeunes diplômés, il n'y a pas si longtemps encore sans emploi, s'activent. Certains pêchent. D'autres aménagent des étangs. Nous sommes à Hinda, un district du département du Kouilou, situé à une quarantaine de kilomètres de Pointe-Noire, sur la nationale n°1.

Euloge Pangou, agronome, président de la Copragel (Coopérative pour la promotion et la relance de l’agriculture et l’élevage), une OSC congolaise, se souvient des débuts de cette aventure : "Les gens avaient besoin de poisson frais. Nous nous sommes donc lancés, en 2008, dans la pisciculture. Le plus difficile a été d'acquérir un site et du matériel". Depuis, cette activité fait vivre les dix membres de la coopérative âgés de 18 à 40 ans. Parmi eux, des bacheliers et des licenciés, agronomes, architectes, pêcheurs, au chômage. "Au début du projet, nous gagnions 50 000 Fcfa (75 €) le mois, aujourd’hui autour de 75 000 Fcfa (115 €)", se réjouit Euloge Pangou. Au Congo, le Smig est à 50 000 Fcfa (75 €).

Avec une production annuelle estimée par la Copragel à 12 tonnes en 2009, la coopérative a des points de vente dans certains marchés des environs de Pointe-Noire. Elle ravitaille par ailleurs les grands restaurants de la ville. "Nous luttons contre la vie chère en vendant aux restaurateurs le kilo de poisson à 2 000 Fcfa (3 €). Ces derniers vendent ensuite aux consommateurs des plats allant de 2 500 à 5 000 Fcfa (de 4 à 7,5 €)", se félicite Joachim Moussounda, pêcheur, membre de la Copragel, chargé de la gestion des étangs et du suivi des ventes.

 

Des poissons plus sains

Au-delà du prix, les clients apprécient aussi la qualité des produits. Gaspard, un des grands restaurateurs de Pointe-Noire, explique : "Avant, des commerçants nous fournissaient des poissons congelés en provenance d’Europe. Il y avait aussi ceux pêchés par les Chinois, mais depuis qu'ils ont provoqué vomissements et diarrhées chez certains consommateurs, nous nous tournons vers les poissons frais qui sortent des étangs de Hinda et d’autres sites pour protéger la santé de nos clients."

Les consommateurs semblent effectivement en être plus friands. "La pêche en mer à la dynamite des Chinois au large de Pointe-Noire nous fait peur et nous pousse vers les produits de l’aquaculture", résume Kevin Massala, surpris en train de savourer son maboké de carpe (poissons frits à l’étouffé), dans un autre site piscicole de Pointe-Noire où le poisson est consommé sur place.

La Copragel a pu réaliser son projet grâce à l’appui financier d’International Partnership for Human Development (IPHD), une ONG américaine basée au Congo (1,5 million de Fcfa, près de 2 300 €) et de fonds publics de soutien à l’agriculture (5 millions de Fcfa, environ 7 600 €). Selon Jean Macaire Bantou, directeur de l’aquaculture continentale au ministère chargé de la Pêche "les activités menées par ces jeunes sont à encourager, mais ils devraient prendre avant de se lancer des conseils auprès de professionnels pour maximiser leur production et travailler selon les normes (respect de la profondeur et du périmètre des étangs, de la taille des poissons à capturer, etc., Ndlr)".

Le ministère prévoit ainsi de lancer en 2010 un programme au cours duquel seront remis des kits aratoires et de pêche à certaines associations. Des techniciens encadreront les différents bénéficiaires. Et le ministère devrait installer, dans certains départements où est développée la pisciculture, des radios pour vulgariser cette activité.

 

Marien Nzikou-Massala

 

 

Février 2010

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com